Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteArchives
ANIMATEUR (RICE) : Une profession en devenir, en manque de reconnaissance ?
28 septembre 2007 – Hôtel de la région à Marseille
mercredi 18 avril 2007
publié par Fernand Estèves

Journée d’étude organisée par l’UNSA, le Conseil régional PACA, l’ORM-PACA (Observatoire Régional des Métiers), le CRPV-PACA (Centre de Ressources Politique de la Ville), l’ADELS (Association pour la Démocratie, et l’Education Locale et Sociale), l’ ORSEU (Office européen de conseil, recherche et formation en relations sociales), l’INJEP*, le Journal de l’Animation*, Uniformation* http://animablog.over-blog.org/

On entend souvent dire que l’identité professionnelle des animateurs est floue, le métier mal défini, peu structuré, qu’il est trop « jeune ».

Pourtant, les animateurs sont de plus en plus nombreux à intervenir dans différents lieux urbain ou rural, dans différentes institutions appartenant au secteur public collectivités territoriales, hôpitaux ou au secteur privé à but non lucratif (associatif) ou à but lucratif.

Les structures les plus importantes dans lesquelles ils travaillent sont les maisons de quartiers, les centres de loisirs, les foyers ruraux, les établissements pour personnes âgées, les résidences de vacances notamment du tourisme social mais aussi les centres médico-sociaux….

Ils sont souvent soumis à des dispositifs (Exemples Politique de la ville, Projet Educatif local).

Ils n’ont pas de publics privilégiés mais ils travaillent aussi bien avec des enfants, des personnes âgées, des adolescents, des handicapés…il n’exclut à priori personne.

Et pourtant les usagers, les enseignants, les élus des collectivités territoriales, des associations, les personnels des établissements hospitaliers qui côtoient ces animateurs, connaissent mal leur rôle. Les animateurs, eux, souffrent d’une absence d’identité propre qui corresponde à leurs attentes.

Ce sentiment de non reconnaissance pourrait avoir plusieurs explications :

1. L’animation, fille de l’éducation populaire qui oeuvrait et oeuvre en faveur de l’émancipation collective, aurait avec l’apparition de la professionnalisation, changé de fonction. Les animateurs auraient laissé leurs habits de militants et leurs objectifs de transformation de la société pour devenir des techniciens d’activités, et se consacreraient aux loisirs des individus en bonne santé et bien dans leur vie.

2. Les problèmes sociaux s’accentuant depuis les années 80, une partie des animateurs, se seraient éloignés de la branche « socioculturelle » qui revendiquait l’éducation et le développement de la culture pour tous pour devenir l’une des branches du travail social dont la mission principale est l’aide et la réparation des individus en difficultés.

3. La mise en place de politiques publiques que ce soit dans le domaine culturel, éducatif (politiques éducatives) ou social (politique de la ville), initiées d’abord par l’Etat largement relayées aujourd’hui par les collectivités territoriales influenceraient et façonneraient le profil et les comportements des animateurs.

4. La place occupée dans notre pays par l’Ecole aurait empêché les animateurs qui se revendiquent aussi comme des éducateurs de se faire reconnaître pleinement.

5. La crise de l’emploi engendrant la mise en place de dispositifs de lutte contre le chômage a favorisé, dans les associations mais aussi dans les collectivités territoriales, l’émergence d’emplois d’animateurs en contrats précaires, le dernier en date étant le statut du service civil volontaire et de l’engagement éducatif. Cette précarité statutaire aurait des répercussions sur les représentations du métier.

6. Les formations professionnelles étant plutôt de courte durée et les diplômes n’étant ni réellement obligatoires ni réellement pris en compte, cela nuirait à la prise en considération du métier.

7. Aux yeux de certains, l’animation ne serait pas un métier mais seulement une fonction partagée par de nombreuses professions

8. La multiplicité des employeurs (publics et privés), des secteurs d’intervention (éducation, culture, social, médico-social, temps libre…) et des publics (de l’enfance au 3ème âge), empêcherait l’émergence d’une filière professionnelle aux contours bien définis et favoriserait l’apparition d’identités diverses plutôt liées à une spécificité d’intervention, à un public ou à un type de structure.

9. L’absence quasi-totale de réseaux structurés, d’associations, de syndicats regroupant l’ensemble de ces professionnels aurait retardé leur reconnaissance.

Et pourtant certains facteurs nous permettent d’espérer une meilleure prise en compte de la profession :

1. L’existence d’une convention collective de l’animation, et de plusieurs autres reconnaissant le métier d’animateur, même si beaucoup serait à dire sur les classifications, les conditions de travail, les salaires, l’absence d’obligation de diplômes pour exercer dans la plupart des postes….

2. La création de la filière animation dans les collectivités territoriales même s’il manque pour l’instant un cadre A

3. La présence d’un corps d’animateurs de catégorie B dans la fonction publique hospitalière, même si là aussi il manque une filière complète et notamment la catégorie A.

4. L’aboutissement, non sans mal mais avec beaucoup de questions et remarques d’une filière presque complète de diplômes allant du niveau V au niveau II.

5. Le nombre croissant d’animateurs travaillant dans de nombreux secteurs (éducation, social, médico-social, culture…) avec différents employeurs et différents publics etc.….

OBJECTIF

L’UNSA en partenariat avec le Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur et d’autres institutions ont décidé de réunir les salariés, les employeurs et des chercheurs pour débattre, mieux identifier et mieux définir ce que recouvre aujourd’hui cette profession : quels sont les champs d’intervention des animateurs ? Comment travaillent-ils, quelles sont leurs pratiques, de quelle formation ont-ils besoin, quelles sont les évolutions du métier, comment se distinguent-ils d’autres professions ? Quel est le sens de leur mission ? Ont-ils ou non des valeurs communes qui les rassemblent ? Comment arriver à une meilleure reconnaissance et prise en compte de leur travail ?

Organisation de la journée

9h Accueil

9h30 : Ouverture par le Président du Conseil Régional PACA et l’UNSA

10h : Intervention de l’Observatoire Régional des Métiers (Anne-Sophie DUMORTIER)

10h30 – 12h30 Ateliers

Professionnels et/ou militants : quelles conditions de travail ? quel engagement ? quelles valeurs ?

Laïusseurs : Anne Sophie DUMORTIER (ORM) Francis LEBON (INJEP)

Animateur, éducateur, travailleur social, médiateur, agent de développement : quelle identité ?

Laïusseurs : Jean-Pierre HALTER* (INJEP), CEMEA*

Professionnalisation et qualification : quelle formation ?

Laïusseurs : Léa LIMA (INJEP) Patrick FODELLA (CGT) Dominique QUIRION (UNSA Sports)

Animateur, territoires, publics et incidences des politiques publiques : quel(s) projet(s) ?

Laïusseurs : ADELS, Philippe MEYER (Responsable de service ville d’Aubagne), Dominique MICHEL CRPV, Marie SABATIER (Animatrice territoriale ville d’Antibes),

Pratiques et démarches pédagogiques : quelles spécificités, quelle évolution, quel sens ?

Laïusseurs : Christian MAUREL (FFMJC et CRAJEP), René-Yves COTTENYE (CEPJ, CREPS de Wattignies), Joanna PI* (Animatrice Léo-Lagrange), Réseau Ecole et Nature* Henriette CALCAGNO-ROYAL (Animatrice fonction publique hospitalière), Gilles PROU-GAILLARD (Animateur territorial – Maison du citoyen à Marseille)*

12h30 – 14h Repas

14 h – 14h 30 : Restitution des ateliers

14h30 – 15h30 : Table ronde : Quelle définition du métier et quelles perspectives ?

Animateur : Journal de l’Animation *

Intervenants : Un représentant du conseil régional, ORSEU, Denis ADAM (SEP)

15h30 : Intervention du MJSVA

16h : Intervention de l’UNSA

16h30 : Clôture


* Institutions ou intervenants pressentis

Messages de forum :
ANIMATEUR (RICE) : Une profession en devenir, en manque de reconnaissance ?
vendredi 16 mai 2008
magali

bonjour, y aurait il un compte rendu de ce colloque svp loulette56@hotmail.com