Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPratiques artistiques
Aprés les AMAP, les AMAAC (Associations pour le Maintien des Alternatives Artistiques et Culturelles) ?
Proposition d’Olivier Lanoë.
mercredi 4 avril 2012
publié par Christian Maurel , Madeleine Abassade

Voir le document joint et lire avec attention. On y découvre tout un raisonnement sur une forme de financement privé, qui se passerait des aides publiques pour l’art et la culture...

Voici une proposition qui n’est pas restée au stade de l’idée tant elle est concrètement construite et qui pourrait susciter un intérêt certain.

De la culture dans son sens premier et agricole à un sens contemporain devenu dominant de pratiques sociales et artistiques, il n’y a pas si loin.

Et si l’expérience des uns pouvait servir l’expérience des autres ? Et nous permettre de renouer avec des pratiques oubliées, notamment dans le monde paysan, où travailler la terre était intimement et immédiatement lié à la construction et à la transmission de représentations culturelles, imaginaires voire artistiques ?

Voir le document joint et lire avec attention.

On y découvre tout un raisonnement sur une forme de financement privé, qui se passerait des aides publiques... Autrement dit, si les citoyens décident de trouver par eux mêmes, de porte monnaie à porte monnaie, les moyens de financer l’art et la culture, sans définir une politique d’action culturelle, non seulement ils vont alléger la part des impôts normalement redistribuée pour l’art et la culture, mais en plus ils vont totalement confisquer la responsabilité collective des élus politiques de les penser comme biens de l’esprit d’une part, et comme biens publics d’autre part. Allons nous encourager, pour le bien des économies financières, le "vu à la télé donc bon à consommer ?"

Nous remercions par avance l’auteur de ce texte, Olivier Lanoë, de bien vouloir expliquer ses intentions autres que les manières de faire des économies sur les œuvres immatérielles et les manières d’en répandre, à moindre frais, sur le territoire.

Avec nos cordiales salutations.

Christian MAUREL et Madeleine ABASSADE

Documents joints à cet article :