Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteExpressions
Au théâtre Le Colombier à Bagnolet
DESOBEIR d’Anne Monfort
Analyse de la pièce par Arthur Gentiane
jeudi 18 janvier 2018
publié par Madeleine Abassade

DÉSOBÉIR Conception et mise en scène d’ Anne Monfort – Au théâtre Le Colombier à Bagnolet du 8 au 21 janvier. Écriture de plateau d’après Entre les deux il n’y a rien de Mathieu Riboulet

- Analyse de la pièce par Arthur Gentiane pour Éducation Populaire & Transformation Sociale

C’est le noir. Soudain, un homme est éclairé par des faisceaux lumineux. Deux policiers lui demandent en français et en anglais de reculer jusqu’à la ligne blanche. C’est la panique. On comprend que deux clandestins ont été découverts dans son camion, alors qu’il tente de prendre un ferry pour l’Angleterre au port de Calais. Il va être placé en garde-à-vue. Il leur crie : « Il y a une fillette cachée dans la couchette de mon camion, au-dessus du siège conducteur, il faut la faire sortir, j’ai peur qu’elle se réveille et qu’elle ait peur ».

Cet homme, c’est Rob Lawrie, un bénévole britannique intervenant sur la « Jungle » de Calais. Il a tenté de faire passer Bahar, 4 ans, de l’autre côté de la Manche, à la demande de son père, un réfugié afghan. Son procès est très médiatisé en janvier 2016, alors qu’il comparaît devant le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer pour aide au séjour d’un étranger en situation irrégulière. Il encourt cinq ans de prison.

L’audience est brillamment reconstituée dans la pièce d’Anne Monfort. Finalement, Rob Lawrie ne sera pas poursuivi pour avoir tenté de faire passer une petite fille en Angleterre, car ce délit n’existe pas pour les mineurs… Mais il sera condamné pour contravention au code de la route. « Que se serait-il passé si vous aviez freiné brutalement ? Elle n’était pas attachée par une ceinture de sécurité ! », lui reproche la comédienne-juge. « Vous imaginez bien qu’il n’allait pas l’installer dans un siège auto, à côté de lui ! » plaide alors la comédienne-avocate. En vain. Il écope d’une amende avec sursis.

S’engager dans ce qui semble juste, quand c’est interdit. La pièce d’Anne Monfort nous interroge sur notre positionnement, moral mais aussi physique, dans le contexte politique actuel. Le texte de Mathieu Riboulet, Entre les deux il n’y a rien, repris dans la suite de la pièce, nous rappelle qu’en Occident, en temps de paix, des femmes et des hommes qui s’opposent aux lois, sont parfois « tués comme des chiens ». Pierre Overney, Pasolini, ou encore Rémi Fraisse, Adama Traoré… La comédienne Pearl Manifold évoque les multiples engagements du corps avec justesse. Y a-t-il un lien entre l’engagement intellectuel et l’engagement physique ? A l’aube de son entrée dans l’âge adulte, en 1978, Mathieu Riboulet a fait l’expérience de l’abandon total pour une relation charnelle, l’année où Aldo Moro a été assassiné. Il y voit là un rapport évident avec son intérêt pour la chose politique. Faut-il libérer les corps pour libérer la pensée ? C’est ce qu’on est portés à croire à la fin de la représentation.

Arthur Gentiane

- Désobeir présentation et réservation : http://www.lecolombier-langaja.com/...


Répondre à cet article