Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteArchives
logiques différenciées
Développement culturel et éducation populaire...
en 2000, tout était possible ?
mardi 27 mai 2008
publié par Fernand Estèves

Culture / Education populaire : 20 propositions d’action pour les années 2000-2003

Entre juin et septembre 2000, huit rencontres nationales ont été organisées dans huit régions différentes, chacune entre une DRAC et une fédération d’éducation populaire.

* Fédération nationale des Foyers ruraux : Pont-à-Mousson (7 avril) * Les Francas : La Roche sur Yon (2 et 3 mai) * Le CIRASTI : Toulouse (10 et 11 mai) * Fédération nationale des Maisons des jeunes et de la Culture : Poitiers (18 et 19 mai) * Ligue de l’enseignement : Bordeaux (7 et 8 juin) * CEMEA:Caen (9 juin) * Fédération Léo Lagrange : Amiens (15 et 16 juin) * Peuple et Culture : Sommières (18 et 19 septembre)

Ces Rencontres ont défini des propositions d’action visant à une collaboration plus active entre le ministère de la culture et les fédérations d’éducation populaire signataires de la Charte d’Objectifs Culture/Education Populaire.

Ces propositions sont de trois ordres :

* 1. Construire un partenariat d’une autre nature entre le ministère de la culture et les fédérations d’éducation populaire * 2. Mettre en place des actions communes de développement culturel. * 3. Mettre en place des plans de formation conjoints

1. Construire un partenariat d’une autre nature

A. Rapprocher les institutions culturelles des mouvements d’éducation populaire.

Pour favoriser la collaboration entre les institutions culturelles et l’éducation populaire, signer, dès 2001, des conventions de partenariat entre des institutions culturelles et des associations d’éducation populaire.

B. Participer à l’élaboration des politiques publiques territoriales.

Proposer aux associations d’éducation populaire relevant des fédérations de participer, aux côtés de l’Etat (DRAC) et d’une ou plusieurs collectivités territoriales, aux études et réflexions préalables à la mise en place de politiques publiques, et à l’animation de la concertation locale.

C. Développer le partenariat dans les contrats territoriaux.

Mieux impliquer les DRAC et des réseaux culturels dans les contrats éducatifs locaux, en proposant à des structures de l’éducation populaire gérées par des professionnels de la médiation, déjouer le rôle de référent-coordinateur vis-à-vis de la DRAC.

D. Poursuivre la réflexion conjointe avec les DRAC

Pour permettre aux fédérations d’éducation populaire d’être des partenaires à part entière des DRAC, proposer aux régions qui le souhaitent de créer un Conseil de l’éducation populaire. instance de réflexion commune sur les politiques territoriales.

E. Signer avec le ministère de la culture des conventions triennales

Pour définir le cadre de la politique conjointe entre le ministère de la culture et chacune des fédérations, signer, dès 2001, des conventions triennales d’objectifs entre le ministère de la culture et chacune des fédérations signataires de îa Charte d’objectifs.

2. Des actions communes de développement culturel

A. Favoriser l’éducation artistique des enfants et des jeunes.

- Participer à la réflexion conjointe culture/éducation nationale sur la place et le rôle de l’éducation artistique, plus particulièrement dans le cursus de formation des professeurs, notamment dans le cadre des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), et dans celui des projets d’établissements.
- Reconnaître le centre de loisirs comme lieu de médiation entre les enfants et les adolescents d’une part, l’environnement culturel de l’autre : faire du centre de loisirs une entité éducative de référence favorisant l’accueil, l’information, l’orientation et le développement des pratiques culturelles et artistiques.

B. Développer les pratiques des amateurs

- Avec les DRAC, réaliser des états des lieux de la pratique amateur au niveau régional, et travailler à la mise en place de plans d’action régionaux.
- Créer ou conforter, avec les DRAC, de centres de ressources pour les praticiens amateurs, afin de permettre une meilleure collaboration entre des artistes ou des équipes artistiques, et les amateurs. Ces centres de ressources pourront être des structures relevant de l’éducation populaire.
- Favoriser les partenariats entre des structures de l’éducation populaire (associations, maisons des jeunes et de la culture, maisons de quartier, etc.) et des institutions culturelles pour favoriser les échanges entre amateurs et professionnels.

C. Développer le multimédia, les nouvelles technologies et l’éducation à l’image.

- Développer les espaces culturels multimédias et les espaces publics multimédias dans les structures relevant de l’éducation populaire.
- Travailler conjointement à la mise en place de programmes d’éducation à l’image.
- Favoriser une meilleure connaissance de la culture scientifique et technique : à cet effet, réaliser une publication reprenant les enjeux et la place des sciences et techniques dans l’art et la culture, et organiser des manifestations culturelles autour de thèmes majeurs (le temps, l’espace, l’énergie, la vie et la mort, etc.) dans lesquelles seraient croisés les regards de l’art et de la science.

3. Des plans de formation conjoints

A. Engager un travail commun sur les artistes intervenants

- Faire circuler dans les réseaux culturels et d’éducation populaire des comptes-rendus de démarches d’artistes ayant produit des effets particulièrement significatifs.
- Susciter des réunions de travail entre artistes impliqués dans le champ social désireux de confronter leurs pratiques en termes de méthodologie et de pédagogie.
- Mettre en place des formations d’animateurs/médiateurs par des artistes et, parallèlement, des formations d’artistes par des pédagogues.

B. Développer les formations à la médiation

- Mettre en place ou, le cas échéant, renforcer les formations d’animateurs ou de médiateurs chargés d’introduire la dimension culturelle dans les phases d’élaboration de projets de développement local (contrats de pays, de ville, d’agglomération notamment).
- Pour mieux assurer la formation des médiateurs, engager avec les ministères de la culture et de la jeunesse et des sports un travail commun sur le développement des BEATEP et sur l’introduction de modules " culture " dans les programmes des BAFA et des DEFA.

C. Poursuivre la réflexion conjointe avec les DRAC

- Favoriser tout au long de l’armée des moments de travail et de réflexion communs, à l’occasion d’événements culturels ou de voyages d’étude.
- Organiser, en lien avec les associations d’élus, une rencontre nationale culture-éducation populaire pour mieux faire connaître les apports de l’éducation populaire en matière culturelle et artistique. Cette rencontre pourrait avoir lieu en mai 2001, en collaboration avec une commune.