Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPolitiques publiques
Pour l’accessibilité culturelle
Droits culturels et politiques publiques
André Fertier président de Cemaforre,
jeudi 17 novembre 2016
publié par Madeleine Abassade

Cemaforre, Centre national de ressources pour l’accessibilité culturelle

De nombreux lieux de diffusion culturelle, d’enseignement artistique, demeurent encore inaccessibles aux personnes handicapées.

Les droits culturels sont au cœur des droits humains universels sur lesquels est fondée notre démocratie, respect des identités et diversités culturelles et liberté pour tous de participer à la vie culturelle de la communauté. En France, ces droits sont rappelés dans de nombreux textes fondateurs.

Aujourd’hui, en France, la grande majorité des institutions sanitaires et médico-sociales n’ont pas de réel projet culturel d’établissement incluant des partenariats permanents avec les établissements et services publics de la culture de proximité ; la continuité du service public de la culture n’est pas garantie pour les personnes ne pouvant sortir de leur lieu de vie, domicile privé et institution d’accueil.

De nombreux lieux de diffusion culturelle, d’enseignement artistique, demeurent encore inaccessibles aux personnes handicapées.

Leurs prestations n’offrent que très rarement une qualité d’usage égale à celle proposée aux personnes valides, bien que la loi le stipule. Des personnes handicapées sont souvent orientées vers des ateliers occupationnels ou thérapeutiques regroupant que des personnes handicapées entre elles.

Certes, il existe de nombreuses exceptions, une richesse de bonnes pratiques, mais, celles-ci font l’arbre qui cache la forêt des discriminations. Ce sont des millions de personnes, enfants, adultes handicapés moteurs, sensoriels, mentaux, psychiques, autistes, polyhandicapés, des personnes âgées en perte d’autonomie, malades d’Alzheimer, qui sont victimes d’exclusions, de discriminations et de ségrégations dans leur accès à la culture. Leurs droits culturels, leur droit de participer librement à la vie culturelle de la communauté, les principes d’égalité des chances, de traitement, ne sont pas respectés.

Ces vastes populations n’ont pas accès à la culture dans le cadre du droit commun grâce à ce qui caractérise le service public de la culture : une offre pérenne, mais dépendant de l’existence éventuelle de projets à leur intention. Par ailleurs, des personnes sont victimes d’« exclusion culturelle absolue », ne bénéficiant que de soins de nursing, laissées à l’écart de toute nourriture culturelle, de toute participation à la vie culturelle de la communauté, réduites à leurs seules données biologiques, une forme de maltraitance extrême, abolissant tout respect de la dignité humaine.

Il est urgent de se mobiliser face à de tels dysfonctionnements concernant les droits culturels. Pour en débattre, rendez-vous aux Assises nationales « Droits culturels et politiques publiques » (Dignité, Vivre ensemble ou discriminations ?), le 24 février 2017, au Sénat (Paris).

André Fertier,

Président de Cemaforre, Centre national de ressources pour l’accessibilité culturelle

www.cemaforre.asso.fr


Répondre à cet article