Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteActualitésPublications
Livre à paraître
Du délit de blasphème et de ses « habits neufs »
Par Jeanne Favret-Saada
mardi 4 octobre 2016
publié par Madeleine Abassade

Livre à paraître de Jeanne Favret-Saada chez Fayard : Les christianismes contre le blasphème. Cinéma et liberté d’expression, 1965-2006

Jeanne Favret-Saada a bien voulu confier au site Mezetulle les « bonnes feuilles » de son livre à paraître chez Fayard Les christianismes contre le blasphème. Cinéma et liberté d’expression, 1965-2006.

Elle nous convie ici à une passionnante plongée dans l’histoire moderne du délit de blasphème et des « habits neufs » dont il se revêt inlassablement. La période que nous vivons n’est pas en reste : un siècle après sa disparition, en s’engouffrant paradoxalement dans les virtualités d’une loi de 1972 contre le racisme, le délit d’opinion religieuse a fait sa réapparition dans nos prétoires. Il diffère de l’ancien délit de blasphème en ce qu’il ne sanctionne plus les offenses à Dieu mais celles à la « sensibilité de ses fidèles ».

« Les magistrats français n’étaient nullement préparés à faire face à une inflation de procès en défense de la religion, surtout dans le cadre d’une loi antiraciste. Pendant une vingtaine d’années, ils prononcèrent les verdicts qu’ils purent : tantôt favorables à la liberté d’expression, bien qu’avec une motivation souvent fautive, tantôt privilégiant le « droit au respect des croyances », avec une argumentation non moins fragile. En 2002, l’arrivée dans les prétoires des associations musulmanes – pour une déclaration de Michel Houellebecq sur l’islam -, ont prestement remis les pendules à l’heure : s’il faut reconnaître un statut égal à toutes les demandes religieuses, la magistrature française préfère se résoudre à la laïcité. Le jugement rendu en 2007 au procès intenté à Charlie Hebdo pour avoir publié des caricatures du Prophète Mahomet marque, on l’espère, la fin du chaos judiciaire – sinon des procès en défense de la religion. »

Sommaire

I. Le crime de blasphème et son abolition

II. Presque un pléonasme : l’outrage à la morale publique et religieuse

III. Un second délit d’opinion religieuse : l’outrage à la religion de l’État

IV. Le blasphème contre la famille, la propriété, et l’autorité de l’État

V. La fin du délit d’opinion religieuse

Références

Notes

- Pour lire des extraits du livre à paraître : http://www.mezetulle.fr/habits-neuf...

Bibliographie de Jeanne Favret-Saada :

« La segmentarité au Maghreb », dans L’Homme, vol. 6, no 2, 1966, p. 105-111.

« Relations de dépendance et manipulation de la violence en Kabylie », dans L’Homme, vol. 8, no 4, 1968, p. 18-44

« Le malheur biologique et sa répétition », dans Annales ESC, no 3-4, 1971, p. 873-888.

« Sorcières et lumières », dans Critique, no 287, 1971, p. 351-376.

Les Mots, la Mort, les Sorts : la sorcellerie dans le bocage, Gallimard, 1977.

« L’Invention d’une thérapie : la sorcellerie bocaine, 1887-1970 », dans Le Débat, no 40, 1986.

« Être affecté », dans Gradhiva, 1990, no 8, p. 3-10.

« Rushdie et compagnie : préalables à une anthropologie du blasphème », dans Ethnologie française, vol. 22, no 3 (1 p.), 1992, p. 251-260.

« La-Pensée-Lévi-Strauss », dans Journal des anthropologues, no 82-83, 2000.

Algérie, 1962-1964 : essais d’anthropologie politique, Saint-Denis, Bouchène, 2005 (Collection Intérieurs du Maghreb).

Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007.

Désorceler, Paris, L’Olivier, 2009.

« On y croit toujours plus qu’on ne croit. Sur le manuel vaudou d’un président », dans L’Homme, no 190, 2009, p. 7-26.

Jeux d’ombres sur la scène de l’ONU : droits humains et laïcité, Paris, L’Olivier, 2010.


Répondre à cet article