Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesConstruction des savoirs
LIRE/DEBATTRE/AGIR
" ENNEMIS DE L’ETAT , LES LOIS SCELERATES , DES " ANARCHISTES " AUX " TERRORISTES "
de Raphaël KEMPF / LA FABRIQUE Editions
mardi 29 octobre 2019
publié par Marc Lacreuse

LIRE/DEBATTRE/AGIR

" ENNEMIS DE L’ETAT , LES LOI SCELERATES

DES "ANARCHISTES" AUX " TERRORISTES " "

livre de Raphaël KEMPF

***********************

présentation par Paul Elek, parue dans LE FIL DES COMMUNS :

"Maître Raphaël Kempf est un jeune avocat brillant, sans doute, aux sympathies anarchistes. Il se livre dans son premier essai à une formidable mise en perspective historique des dérives autoritaires de l’Etat. Des lois scélérates contre les anarchistes aux décisions judiciaires prises contre les gilets jaunes, peut-on établir un continuum juridique, politique ? C’est ce que son travail laisse à penser.

À sa présentation succincte, succèdent également des textes de Léon Blum, Francis de Pressensé (membre fondateur puis président de la jeune Ligue des Droits de l’Homme), Emile Pouget (militant anarchiste de la fin du 19ème siècle), unis dans un front commun contre les “lois scélérates” de 1893 et 1894.

À partir de ces lois dites “scélérates” adoptées à la fin du 19ème siècle pour lutter contre les anarchistes, Raphaël Kempf dépeint ainsi un scénario qui se répète et fonde aujourd’hui trop souvent l’arsenal politico-judiciaire de la répression, mordillant pas à pas l’Etat de droit, c’est-à-dire l’assurance que l’Etat respecte son propre droit.

Comment ne pas voir de lien les lois scélérates de décembre 1893 créant un délit d’apologie dans le but de lutter contre la propagande par les faits anarchiste et le délit d’apologie de terrorisme créé en 2014 pour “lutter contre le terrorisme islamiste” ?

Qu’en est-il de la qualification d’association de malfaiteurs utilisée à l’époque pour viser par association toutes personnes suspectes de partager des vues anarchistes mais qui revient de nos jours sous d’autres formes ?

Que dire aujourd’hui de la criminalisation de l’intention plus que du fait, avec le fameux “groupement en vue de commettre des dégradations” ? Une réflexion que le jeune avocat mène pour saisir une définition ou du moins une compréhension de comment émergent de dangereuses dispositions dans notre droit. En effet, les loi scélérates ont généralement des caractéristiques communes. Souvent prises dans l’urgence en réaction à un évènement provoquant l’émotion publique, elles portent dans leur sillage toujours plus de pouvoirs policiers et administratifs, sont défendues au nom des libertés publiques et politiques qu’elles menacent et finissent toujours pas se normaliser pour s’appliquer à tous et toutes, faisant de l’exception la règle.

C’est avec passion que l’on suit donc Raphaël Kempf tisser des liens entre le passé trouble de la IIIème République et le présent de la Vème à bout de souffle. À ses côtés, les textes qu’il partage avec le lecteur rendent compte de l’hétérogénéité du front anti-autoritaire de l’époque et qui manque cruellement de nos jours pour s’attaquer au tout-sécuritaire qui embrase la France depuis une quinzaine d’années, bien aidé il est vrai par la vague d’attentats que le pays a connu dernièrement. "

Paul Elek


Répondre à cet article