Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteMéthodologie Outils et modes d’action d’éducation populaire
Pour des Etats Généraux de l’éducation populaire.
Ensemble, préparons-nous à changer le monde.
Christian Maurel.
samedi 19 décembre 2015
publié par Christian Maurel

Pour des États Généraux de l’Éducation Populaire.

« ENSEMBLE, PRÉPARONS NOUS A CHANGER LE MONDE »

L’éducation populaire, un immense besoin, une urgente nécessité. Pourquoi ?

- Parce que nous vivons une crise économique, sociale, environnementale et anthropologique telle que le monde ne peut continuer en l’état et qu’il est plus que jamais nécessaire que les hommes reprennent leur destin en main.

- Parce que nous assistons à un redéploiement des inégalités. De 1960 à nos jours, selon le Programme des Nations Unies pour le Développement, le rapport de la fortune et des revenus entre les 5% les plus pauvres de la planète et les 5% les plus riches serait passé de 1 à 30, à 1 à 72. « Cet état […] ne peut plus subsister et le genre humain périrait s’il ne changeait de manière d’être » écrivait déjà Rousseau au 18ème Siècle à propos d’un état de nature dégradé, justifiant ainsi le bien-fondé de son contrat social.

- Parce que notre démocratie représentative délégataire est à bout de souffle, a fait son temps et montre ses limites. Une majorité de Français ne se sent ni écoutée ni représentée, y compris par des élus qu’ils ont pourtant choisi mais dont ils sentent bien qu’ils sont tenus en laisse par des lobbies et par les puissances économiques et financières d’un libéralisme incontrôlable. Il y a urgence d’autant que les évènements que vient de connaitre notre pays en 2015 (actes terroristes, succès électoraux de l’extrême droite) indiquent que l’imaginaire social républicain hérité de la Révolution Française est bousculé, fragilisé et mis à mal, d’une part par ce que Castoriadis appelait « la montée de l’insignifiance » d’une société du tout marché, et d’autre part par des imaginaires sociaux nationalistes, xénophobes et fondamentalistes qui ne connaissent que le langage de la répression et des armes.

- Parce que le développement accéléré des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication remettent chaque jour un peu plus en contradiction les rapports de travail et au travail hérités de la modernité industrielle, ainsi que - phénomène nouveau - les rapports interindividuels, dans l’intimité de chacun, dans la famille, dans la vie collective, sociale et politique. Ainsi, sommes-nous vraisemblablement à un tournant décisif de notre histoire, ce moment où un monde nouveau nait dans l’ancien, un monde dans lequel l’homme peut devenir son pire ennemi – « un loup pour l’homme », comme le martèle toute une tradition de pensée allant de Plaute à Freud en passant par Hobbes -, mais aussi l’acteur lucide et déterminé d’une nouvelle humanité, comme on peut le voir dans certains mouvements sociaux et de citoyens en lutte, dans une société civile porteuse de formes émergentes de démocratie s’attachant à changer les choses sans prendre ni accaparer le pouvoir.

C’est ce monde nouveau porteur d’une nouvelle humanité dans l’Homme que l’éducation populaire veut, à la mesure de ses forces, contribuer à créer. Selon quels axes de travail ? Ils sont, à notre sens au nombre de quatre :

- Prendre une conscience plus ample, plus lucide et plus collective de ce qui se joue, de la réalité des rapports sociaux dans lesquels nous sommes pris, de la place que l’on pourrait ou devrait y occuper. En quelque sorte, savoir mieux lire la réalité sociale, pouvoir débusquer, démasquer et déconstruire les frappes idéologiques qui, en travestissant la vérité, s’évertuent à rendre inéluctables les postures contraignantes et aliénantes. « Substituer enfin l’ambition d’éclairer les hommes à celle de les dominer » écrivait déjà Condorcet dans son Rapport sur l’Instruction publique de 1792. « Avoir la science de son malheur… instruire pour révolter » dira, cent ans plus tard, Fernand Pelloutier, Secrétaire Général de la Fédération des Bourses du travail. « Rendre la raison populaire », réaffirment aujourd’hui les initiateurs de nouvelles Universités populaires.

- Ouvrir les chemins d’une émancipation consistant à sortir, aussi modestement que cela soit (une première prise de parole, un premier engagement…) de la place qui nous a été assignée par les rapports sociaux, le genre, la maladie, le handicap, les accidents de la vie, quelques fois notre culture d’origine… Ainsi, à la différence d’autres formes d’éducation, l’éducation populaire n’est pas un acte autoritaire mais un processus d’autorisation à penser, dire et faire ce qui était préalablement interdit ou nous semblait impossible.

- Augmenter notre puissance individuelle et collective d’agir en passant du « pouvoir sur » (potestas) que l’on subit ou que l’on impose – et souvent que l’on impose parce que on le subit -, au « pouvoir de » (potentia), ce que nous nommons la « puissance d’agir », cette capacité à peser sur les choses et à décider de sa destinée. Cette puissance d’agir est d’autant plus forte qu’elle est démocratique, souveraine, ni déléguée ni aliénée, mais qu’elle engage chacun dans l’expression, l’analyse et la mise en propositions délibératives des contradictions qui traversent la société et chacun d’entre nous. Autrement dit, il s’agit de fertiliser nos désaccords et non de les nier, de traduire les souffrances en paroles, en savoirs puis en propositions d’actions, pour ainsi construire de nouvelles coopérations publiques et collectives qui n’entament pas les capacités de création, d’interpellation, de contribution et d’action des individus. C’est souvent ce qui s’expérimente et se vit dans les mouvements sociaux et les associations qui font de l’éducation populaire et de la démocratie la plus participative, leur projet et leur mode d’action.

- Se transformer et transformer les rapports sociaux et politiques, l’un n’allant pas sans l’autre. Cette ambition est la clé de voute d’une éducation populaire réactualisée et à la dimension des enjeux de notre temps. Ne s’agit-il-pas en effet de construire une nouvelle figure de l’homme et un nouvel imaginaire sociopolitique par la mise en mouvement d’individus conscients, plus autonomes, dotés d’un esprit critique plus aiguisé, émancipés ou en voie d’émancipation, et mobilisant leur intelligence et leur puissance collective d’agir au service d’un nouveau projet de société ? Les individus, auteurs et acteurs de leur devenir, se mettraient alors à faire l’Histoire comme on a pu le voir dans les différents mouvements sociaux, éducatifs, culturels et politiques qui jalonnent le temps, les plus parcellaires comme les plus spectaculaires. Dans ce basculement vertueux de la résignation à l’indignation puis à la mobilisation, l’éducation populaire a toute sa place, forte des expériences qu’elle a en héritage et portée par sa capacité d’invention.

L’éducation populaire à l’œuvre dans tous les domaines de l’activité humaine ?

Il est dommageable, tant pour le bien commun que pour l’éducation populaire elle-même, que de confiner cette dernière dans un ministère et, comme le font souvent les politiques publiques, de l’instrumentaliser à des dispositifs plus préoccupés de paix sociale que de la nécessaire transformation des rapports sociaux et politiques. L’éducation populaire est « humaine et rien de ce qui est humain ne lui est étranger » pour reprendre la formule de Térence. Ou plus encore, elle est « centre partout et circonférence nulle part », pour le dire avec les mots que Nicolas de Cues, bien avant Pascal, appliquait à la « machine de l’univers ».

Plus prosaïquement mais avec détermination, l’éducation populaire a sa place dans l’économique où elle interroge les manières de produire et de partager la richesse, dans le politique où elle contribue à une conscience renouvelée du peuple et à un approfondissement de la démocratie, dans tous les espaces de construction et de transmission des savoirs et de la culture où elle expérimente des modes d’action s’opposant à des rapports d’appropriation inégalitaires, dans le travail social et l’humanitaire où elle oppose ses visées émancipatrices aux tendances lourdes de l’assistanat et de la reproduction des rapports de dépendance… A ceux-ci, on pourrait ajouter d’autres domaines comme le cadre de vie et l’environnement, les loisirs, les médias, la santé physique et mentale… et tous les lieux où les hommes pensent, agissent, coopèrent, vivent et, quelques fois, luttent pour leur survie face à toutes les contraintes que leur imposent la nature et les violences humaines.

La liste serait sans fin des mouvements sociaux, éducatifs et culturels, des associations, regroupements et collectifs, des coopératives et autres structures d’économie solidaire, des institutions et réseaux locaux, nationaux et internationaux qui, au quotidien et chacun avec leurs objets, méthodes et supports, œuvrent à l’émancipation des consciences et à la transformation d’un monde en recherche d’une nouvelle humanité.

Qu’attendre d’États Généraux de l’éducation populaire et comment les conduire ?

Sans préjuger d’une réflexion qui doit rester largement ouverte tant dans les idées que dans les engagements de chacun, on peut cependant avancer les hypothèses suivantes :

- Établir des cahiers de doléances, de propositions et de revendications qui témoigneraient des expériences, des situations et des attentes de chacun dans les domaines les plus divers : économique, social, environnemental, politique, éducatif, culturel, socioculturel, loisirs… Un état des lieux et des pratiques de l’éducation populaire, même s’il ne peut prétendre à l’exhaustivité, est plus que jamais nécessaire.

- Repenser et réaffirmer le sens profond d’une éducation populaire héritière de son histoire et désormais confrontée à une globalisation planétaire qui requiert une expérimentation sans limites ainsi que la construction d’alliances avec les forces de transformation sociale les plus inédites. L’éducation populaire doit plus que jamais ouvrir portes et fenêtres, faire tomber les murs, jeter des ponts, et s’émanciper des cadres institutionnels dans lesquels elle s’est trop facilement enfermée, par choix, par instrumentalisation des pouvoirs en place, ou tout simplement pour se préserver des fureurs du monde.

- Travailler à une reconnaissance publique de la place qu’entend occuper une éducation populaire répondant aux enjeux de notre temps et à sa mission éminemment sociale et politique. L’éducation populaire a, en effet, besoin d’une loi de liberté l’autorisant à agir dans tous les domaines où les femmes et les hommes cherchent à s’émanciper des contraintes que les logiques sociales, économiques et environnementales font peser sur eux.

- Construire les espaces associant chercheurs, praticiens et praticiens-chercheurs attachés à la construction pluridisciplinaire d’une « science de l’action », à la conception de nouvelles expériences et à la socialisation des savoirs de la pratique. L’éducation populaire, comme tout domaine d’activité, a plus que jamais besoin de se construire une intelligence collective et partagée de ses modes d’action ainsi que du sens et des objectifs qui les guident.

La tache qui nous attend est immense tant les enjeux sont multiples et les choix décisifs. Cette tache est à la fois culturelle, sociale et politique.

- Culturelle au sens où l’éducation populaire doit s’attacher à la construction des savoirs et des méthodes, des modes de représentation et d’organisation nous permettant de mieux comprendre notre situation dans le monde, de la décrire, de lui donner un sens, pour pouvoir la transformer collectivement et en conscience.

- Sociale et politique au sens où, dans tous les domaines de l’activité humaine, l’éducation populaire - éducation du peuple, par le peuple, pour le peuple - doit contribuer à libérer, créer et organiser les consciences et les forces favorables à un nouvel âge de la démocratie, mais d’une démocratie qui, loin de se limiter à un régime particulier et à un mode de gouvernement parmi d’autres, doit être pensée comme l’engagement d’individus devenus des sujets politiques venant déborder, subvertir et transformer les logiques sociales en place.

Malgré les difficultés et menaces du moment, l’espoir d’un sursaut décisif existe, notamment du coté des associations d’éducation populaire. Des initiatives se font jour. Donnons-leur force et cohérence d’ensemble. N’ayons pas peur des mots. Conduisons les citoyens à se réapproprier collectivement les questions de société et à faire l’Histoire. Faisons de la politique au sens le plus noble du terme.

Christian MAUREL.


Répondre à cet article