Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPratiques artistiques
CINE-ARCHIVES
HOMMAGE A MED HONDO, FIGURE DU CINEMA ENGAGE
mardi 5 mars 2019
publié par Marc Lacreuse

CINE-ARCHIVES

MARS 2019

HOMMAGE A MED HONDO, FIGURE DU CINEMA ENGAGE

*********************

Ce samedi, nous avons appris avec beaucoup de tristesse le décès de notre ami Med Hondo. Med était venu à notre rencontre en 2013 avec le souhait de déposer l’ensemble de sa filmographie à Ciné-Archives. Nous avions entrepris avec lui un vaste travail d’inventaire, d’identification et de valorisation de son oeuvre filmée et des archives concernant sacarrièrd’auteur/producteur/distributeur. Connu du grand public pour son activité de doubleur et de comédien, Med Hondo était avant tout une figure incontournable du cinéma africain et anticolonialiste.

- Né en 1936 en Mauritanie, descendant d’une famille d’esclaves affranchis, Med Hondo arrive à Marseille en 1958. Là commence une vie de petits boulots, une prise de conscience politique et le développement d’une passion pour l’art dramatique et le cinéma. Il réalise au cours de sa carrière 3 courts métrages et 10 longs métrages.

*************

- Soleil Ô

Après deux courts-métrages, il entreprend le tournage de Soleil Ô (1971), film au budget dérisoire tourné durant les week-ends. Malgré ces contraintes techniques, ce premier long-métrage démontre une grande maîtrise cinématographique et livre une réflexion forte sur la désillusion d’un immigrant africain arrivant sur le sol français. À l’enchantement des premiers instants fait place l’amertume face au racisme ordinaire et à la peur croissante d’une « invasion noire ».

- Bicots-Nègres, vos voisins

Son cinéma met en lumière des thématiques peu abordées dans la production de cette période. Avec le film Bicots-Nègres, vos voisins (1973), Med Hondo insiste sur les conditions de vie des travailleurs immigrés africains dans les foyers de la région parisienne, tout en dénonçant les ravages du colonialisme occidental en terre africaine.

- West Indies ou les nègres marrons de la liberté

Comédie musicale à la théâtralité affirmée, West Indies raconte l’histoire du peuple des Antilles, du XVIIe siècle à nos jours. L’action se déroule dans une caravelle négrière, mélangeant les époques pour aborder aussi bien l’esclavage que la " traite " contemporaine qui amène en sens inverse vers l’Europe des milliers de personnes fuyant la misère.

- Sarraounia

La reine Sarraounia, régnant sur les Aznas, a symbolisé au XIXème la résistance des peuples du Niger contre l’invasion coloniale et musulmane. Elle a tenu bon quand tous les autres souverains de l’époque avaient abandonné la lutte. Adapté du roman Sarraounia du Nigérien Abdoulaye Maman.

- La lutte sur le Front Polisario

Med Hondo confirme son engagement à travers des documentaires sur la lutte du Front Polisario au Sahara Occidental avec Nous aurons toute la mort pour dormir (1978) et sur les causes de la malnutrition avec La faim du monde (1980), film co-réalisé avec Théo Robichet.

- Lumière noire

En 1992, Med Hondo adapte Lumière noire de Didier Daeninckx, polar sur une bavure policière qui conduira le protagoniste jusqu’au Mali à la recherche d’un témoin récemment expulsé du territoire français.

- Watani, un monde sans mal

Régulièrement dénoncé dans son oeuvre, le racisme a une place centrale dans Watani, un monde sans mal (1998) mettant en scène la montée de la haine raciale d’un chômeur désoeuvré.

- Fatima, l’Algérienne de Dakar

Ce sont enfin les conséquences des exactions de l’armée française lors de la guerre d’Algérie qui se trouvent au coeur de l’intrigue de Fatima, l’Algérienne de Dakar (2003).

*************

En 2017, Soleil Ô a été restauré par la World Film Foundation de Martin Scorsese, ouvrant la voie à une redécouverte de ce cinéaste profondément imprégné d’une culture marxiste. La présentation du film restauré à Cannes Classics et au festival Il Cinema Ritrovato en 2017 et un entretien de 6 pages sur Med Hondo dans le numéro d’avril 2018 des Cahiers du Cinéma ont témoigné d’une reconnaissance croissante de son oeuvre dans les milieux cinéphiles.

Nous avions entrepris de travailler avec Med Hondo à la restauration de ses autres films, à l’édition d’une anthologie DVD ainsi qu’à une rétrospective de l’ensemble de son oeuvre.

Après sa disparition, nous allons continuer à oeuvrer pour faire connaître ce talent indispensable du cinéma français et africain.

Ciné-Archives


Répondre à cet article