Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesInternational
Soutenance d’une Habilitation à Diriger les Recherces
L’animation et l’éducation populaire en France : action publique, professions et division du travail.
Françis Lebon.
dimanche 28 octobre 2018
publié par Christian Maurel

Chères et chers ami.es,

Je suis heureux de vous annoncer que je soutiendrai publiquement mon habilitation à diriger des recherches en sciences de l’éducation, le vendredi 30 novembre 2018 à 15h00 à l’Université Paris Nanterre, dans la salle Paul Ricoeur (B016) du bâtiment B - Pierre Grappin.

Ce travail a pour titre : L’animation et l’éducation populaire en France : action publique, professions et division du travail.

La soutenance réunira le jury suivant :

M. Alain Vulbeau, professeur en sciences de l’éducation (Garant),

M. Stéphane Bonnéry, professeur en sciences de l’éducation,

Mme Valérie Boussard, professeure de sociologie,

Mme Pascale Garnier, professeure en sciences de l’éducation,

M. Bertrand Geay, professeur de science politique,

Mme Rebecca Rogers, professeure en sciences de l’éducation.

Résumé. Ce travail prête une attention à la « petite monnaie » du capital culturel et aux « espaces intermédiaires » de l’animation et de l’éducation populaire. Quelles sont les ressources biographiques ou collectives que les acteurs mobilisent dans leurs pratiques ? Quels sont les « petits métiers » de l’éducation qui produisent et valorisent cette « petite monnaie » du capital ? L’animation et l’éducation populaire correspondent, en France, à un espace de socialisation et de politisation aux marges de l’école, de la famille et du champ politique. Cet espace repose sur une diversité d’actions publiques mises en œuvre par l’État, les collectivités territoriales et le monde associatif, en particulier en direction des jeunes. Les animateurs sont les principaux professionnels qui travaillent dans ce domaine socioculturel. Mais ils exercent aussi dans le médico-social, l’insertion et le tourisme, dans des configurations de travail variées généralement traversées par des questions d’engagement social et éducatif. Une partie des animateurs travaillent à l’école primaire, en proximité des enseignants. La réforme des rythmes scolaires, mise en place depuis 2013, permet d’interroger la division du travail éducatif à l’école primaire. Elle témoigne d’une recomposition des formes d’encadrement et de socialisation des enfants en mobilisant des animateurs et différentes catégories d’intervenants. Elle contribue à la mise en place de nouvelles formes d’organisation des activités scolaires et éducatives qui amènent à promouvoir des pratiques alternatives au modèle scolaire ordinaire.

Bien cordialement.

Francis Lebon

—  Francis Lebon Maître de conférences en sciences de l’éducation, Université Paris Est Créteil, LIRTES http://lirtes.u-pec.fr/membres/memb...


Répondre à cet article