Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPsychiatrie et alentours
CLINIQUE ET POLITIQUE
L’ordinaire symptôme
de Radmila Zygouris
mercredi 30 mars 2016
publié par Madeleine Abassade

Chers Utopsystes,

Le lundi 4 avril à 20h30 au 27 rue des Bleuets (Metro Ménilmontant ou Père Lachaise, entrée libre) nous aurons le plaisir d’accueillir

Radmila Zygouris, autour de son livre L’ordinaire, symptôme.

Radmila Zygouris est psychanalyste, a été membre de l’Ecole Freudienne de Paris, membre fondateur de la Fédération des Ateliers de Psychanalyse. Ce livre rassemble plusieurs contributions de l’auteur à la revue L’Ordinaire du psychanalyste fondée en 1973 par R. Zygouris et Francis Hofstein sur lesquels l’auteur revient dans un dialogue avec Pierre Babin.

Dans le paysage français de la psychanalyse des années 70, dominé par l’école fondée par Jacques Lacan et son enseignement, L’ordinaire du psychanalyste dessine un territoire étonnant. Les articles qui y furent publiés, non signés, pouvaient aussi bien être ceux d’analystes que d’analysants, dans une diversité de styles et de registres saisissante, proposant un lieu d’accueil d’écritures analysantes anonymes, où l’on peut enfin raconter ce qui pose problème dans le travail, les impasses et les échecs, au fond, tout ce qui fonde l’ordinaire du travail quotidien de l’analyste. Non pas les théories brillantes, non pas les cures-modèles, non pas le statut social du psychanalyste, de ses beaux écrits et de ses tarifs parfois exorbitants - mais théoriquement justifiés - mais de simples paroles symptômes, s’intéressant avec force à tout ce qui ne se raconte pas dans les "revues sérieuses" de psychanalyse.

Jusqu’à son arrêt en 1978, la revue traitera du symptôme tant de la psychanalyse que de ses institutions, de la souffrance ordinaire tant de celles et ceux qui la pratiquent que de celles et ceux qui la rencontrent, symptôme du champ social, symptôme ordinaire de la vie. Quarante années plus tard, le retour que ce livre propose sous la forme d’entretiens qui suivent les textes publiés initialement dans l’Ordinaire sonne comme une tentative serrée d’interroger le lieu de l’articulation de la clinique et du politique.

Avec son auteur, nous interrogerons d’une part les nombreuses réflexions cliniques qu’il contient sur la pratique analytique en cabinet comme en institution (à propos de l’argent, du travail avec les parents dans un CMPP,...), d’autre part, un certain nombre de réflexions concernant la formation des analystes, le contrôle ou la supervision mais également, et de façon plus générale, sur les institutions analytiques (l’Ecole Freudienne de Paris, la polyclinique de Berlin), enfin sur le politique et la clinique. Bref, la psychanalyse et la rue.

"L’Ordinaire n’est pas né d’une analyse ratée, de séances trop courtes, d’un défaut de reconnaissance ou d’un manque à parler, à écrire ou à théoriser. Il est né d’un terrorisme - ce qui explique qu’il se voulut terre d’accueil - venu rouvrir à son insu et aux nôtres, la blessure incicatrisable de la guerre. » Francis Hofstein

Benjamin Royer, pour Utopsy www.utopsy.fr

- Nous vous conseillons la lecture du site de Radmila Zygouris qui contient tous ses textes et séminaires en accès libre. http://www.radmila-zygouris.com/

- Nous vous recommandons notamment l’article "l’école de la rue" www.radmila-zygouris.com/nou...


Répondre à cet article