Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPratiques artistiques
BRUT DE BETON PRESENTE
LE BOULEAU, LA VIGNE ET LE CERISIER - TCHERNOBYL, LE BLAYAIS, FUKUSHIMA
A la Maison de l’arbre à Montreuil du 11 au 15 mars 2015.
lundi 23 février 2015
publié par Madeleine Abassade

Brut de béton production vous propose du 11 au 15 mars 2015 des rencontres autour d’un film, d’une exposition, d’une lecture, d’un spectacle, d’un débat, d’un bal. Moments d’information, de réflexion, d’émotion, d’espoir et de vie aussi. Nous avons choisi de commencer cette manifestation le 11 mars, 4 années exactement après le début de la catastrophe de Fukushima. L’autre ville de référence sera Tchernobyl. Le Blayais entre dans cette série comme lieu imaginaire d’une catastrophe redoutée.

Argument, parcours et processus de création LE BOULEAU, LA VIGNE ET LE CERISIER T C H E R N O B Y L, L E B L A Y A I S, F U K U S H I M A, sont présentés ci-après par Bruno Boussagol. Metteur en scène

- A l’automne 1998, nous avons été de ceux que la lecture de La supplication de Svetlana Alexievitch a bouleversés.

Bouleversement tel que notre compagnie théâtrale (Brut de béton production) a littéralement « pris en charge » ce livre et celles et ceux qui y étaient contenus. Dés lors, nous sommes devenus artistiquement des lanceurs d’alertes.

Outre dix mises en scène en français de différents moments de ce livre - en particulier Elena ou la mémoire du futur, nous sommes partis une dizaine de fois en Biélorussie puis en Ukraine dans les Zones Interdites. Nous y avons plusieurs fois retrouvé Svetlana Alexievitch.

- Dès 2001, nous avons rencontré avec Virginie Symaniec Le théâtre de la dramaturgie biélorussienne afin de réaliser une mise en scène en biélorusse et en russe de notre Prière de Tchernobyl. Cette version a un destin qui nous échappe. Nous savons seulement qu’elle est toujours au répertoire de ce théâtre depuis 14 ans et qu’elle a circulé de la Sibérie à la Pologne.

Véronique Pilia et Christine Bard jouent

devant la Centrale de Tchernobyl

le 26 avril 2006

- En avril 2006, nous avons abouti notre projet de Diagonale de Tchernobyl - d’où est issu Le Petit musée de la catastrophe - partie de Tcherbourg pour Tchernobyl même via la Belgique, l’Allemagne, la Pologne et finalement l’Ukraine et retour au festival d’ Aurillac avec entre 15 et 50 participants (selon les périodes) ukrainiens, biélorusses, allemands, italiens, anglais, français, arméniens, québécois.

- En 2008, nous avons tenté de créer un festival à Ivankov (ville administrant Tchernobyl) afin de soutenir le projet de Centre de santé de Yuri Bandajevski. Nous avons renoncé faute du soutien financier public nécessaire.

- Puis le 11 mars 2011, l’accident redouté de Fukushima a un temps réveillé les consciences pour finir dans l’extinction du sentiment de solidarité (comme pour les victimes de Tchernobyl).

Désinformation de masse à l’œuvre, déni de responsabilité des pouvoirs politiques, acharnement du lobby nucléaire mondial à démontrer qu’il n’y a pas de conséquences sanitaires graves.

Notre réponse artistique n’a pas été immédiate tant la charge était puissante.

Mais surtout nous avons estimé qu’il n’était que temps de rendre tangible l’imminence d’un accident grave en France.

A la suite d’un premier procès théâtralisé instruit à Toulouse par Les journées d’étude pour Sortir du nucléaire, nous avons répondu à la proposition de cette équipe de le prolonger. C’est depuis novembre 2012 la tournée sans fin de L’impossible procès.

D’avoir engagé depuis 17 ans Brut de béton production sur le terrain de la contamination radioactive a porté à conséquence.

En particulier nous avons rencontré la réticence des pouvoirs publics à nous suivre. À ce jour, nous avons perdu toute subvention alors que durant plusieurs années nous étions conventionnés avec l’Etat. Nos spectacles n’ont pas été programmés dans les Institutions et nous avons dû nous immiscer dans les interstices de la Cité pour exercer notre art avec le soutien souvent militant des spectateurs et des organisateurs. Ce fut le cas de Brigitte Mounier qui jouera Fukushima terre des cerisiers.

Du 11 au 15 mars 2015, LE BOULEAU, LA VIGNE ET LE CERISIER seront accueillis chez Armand Gatti à Montreuil, à la Maison de l’arbre (appelé aussi La Parole errante). Un programme artistique dense et varié (représentations théâtrales, projection, expositions, ateliers, concert, table de presse) vous y attend.

PROGRAMME DETAILLE EN PIECE JOINTE A CET ARTICLE.


Répondre à cet article
Documents joints à cet article :