Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesDémocratie
LIRE/DEBATTRE/AGIR
" LE TEMPS DE L’ETAT-ENTREPRISE " , de Pierre MUSSO .
Présentation par Pierre Chaillan ( L’Humanité ).
jeudi 21 mars 2019
publié par Marc Lacreuse

" LE TEMPS DE L’ETAT-ENTREPRISE

Berlusconi / Trump / Macron "

de Pierre MUSSO ( éditions Fayard )

**************

Présentation par Pierre Chaillan

( l’Humanité du 21 mars 2019 )

**********************

" Quel jeu d’ombres est-il en train de se tramer au sein de nos démocraties ?

Le propos de Pierre Musso met enfin à la lumière les clés de compréhension de

l’arrivée de personnages " antipolitiques " à la tête de l’Etat de trois puissances

occidentales ( Italie, France, Etats-Unis ), à la suite d’élections qui semblaient

être survenues, sinon par défaut, par effraction !

Par-delà leurs différences apparentes, Silvio Berlusconi, Donald Trump et

Emmanuel Macron constituent les figures de " l’Etat-Entreprise ", ce nouveau

monstre hybride issu de la dépolitisation de l’Etat et de la politisation de

l’Entreprise .

En s’appuyant sur l’analyse des trois chefs d’Etat, " Berlusconi, le président-

entrepreneur ", la " marque The Trump Organization " et " Macron, chef de

la start-up nation ", l’auteur nous plonge dans l’ère à venir de la " corpocratie ".

Et ce dernier acte de la pièce néolibérale et capitaliste se joue sur fond de crise

de la représentation politique. En définissant politique et antipolitique, le

philosophe met en scène le surgissement de l’incorporation et du culte du

chef et l’inscrit dans le décor institutionnel ( l’Eglise, l’Etat et l’Entreprise ) et

le phénomène de longue durée d’industrialisation déjà mis en évidence dans

son précédent ouvrage : " La religion industrielle " .

Dans les pas de Saint-Simon puis de Gramsci, il souhaite " mettre l’évènement

de la politique dans la profondeur de la scène où il se produit,(car) c’est se

donner les moyens de déceler aujourd’hui, dans l’avènement de ces

personnages, un moment de mutation profonde du politique en Occident ".

De quoi s’agit-il ? Pierre Musso décrit le transfert d’hégémonie entre l’Etat

( institution de la religion politique ) et l’Entreprise ( institution de la religion

industrielle ) . Après la révolution managériale, le cybermanagement avait

enfoncé les lignes. Grâce à la " révolution passive ", ce processus de

neutralisation de l’Etat s’accélère depuis la fin du XXe siècle et tend à son

démantèlement, au profit de l’Entreprise.

Nous entrons dans le temps de l’Etat-Entreprise et donc passons de la

corporation à " The Corporation ". De ce point de vue, les figures des

" présidents entrepreneurs " Berlusconi, Trump et Macron sont l’incarnation

première de cette mutation du pouvoir et du rapport de forces entre les deux

institutions ainsi hybridées.

En marche vers la " corpocratie " ! Se prosternant devant le dogme de

l’efficacité, la religion industrielle produit une technologisation de la politique

à outrance. Le technicisme s’abat. La fonction du politique se retrouve " en

cours de migration vers la grande entreprise sans territoire et globalisée ",

l’hybride Etat-Entreprise étant une étape de transition vers cette " corpocratie".

Dans ce régime, dangereux rêve libéralo-libertarien, il ne resterait plus qu’une

seule tête politique, un " chef faiseur de miroirs présentés aux citoyens-

téléspectateurs-consommateurs-électeurs".

La figure du chef est ainsi réincorporée dans la corporation. Les souverains-

managers ont saisi la politique et se sont installés à la tête de l’Etat en une

théâtralisation du monde . "

Pierre CHAILLAN

( L’Humanité ;21 mars 2019 )


Répondre à cet article