Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesInternational
Les Fausses nouvelles ou "Fake-news"
« Cultiver l’exercice citoyen d’un doute méthodique »
jeudi 11 avril 2019
publié par Madeleine Abassade

Une succession de mensonges, appelés Fake News, a particulièrement défrayé récemment la chronique. Si des internautes utilisent les réseaux sociaux pour en abreuver leurs lecteurs, et heureusement en poussent d’autres à dévoiler les manipulations, l’utilisation du mensonge est aussi à l’œuvre au sein des instances qui gouvernent les pays. Des journalistes, par presse interposée, savent aussi taire ou dénoncer, voire rétablir, la vérité.

« J ’assume parfaitement de mentir, pour protéger le président », affirmait à l’Express, en juillet 2018, celle devenue depuis la Porte parole de l’Elysée Sibeth Ndiaye.

Plus récemment, le journal l’Humanité relevait la pratique du mensonge au plus haut niveau de l’Etat :

« Les révélations récentes dans les affaires Geneviève Legay et Ismaël Emelien démontrent, chacune à leur manière, à quel point le mensonge et la manipulation sont usités au plus haut niveau de l’État pour se protéger. Une pratique irresponsable qui brise la confiance dans les institutions. » [1]

Dans le Monde diplomatique d’avril 2019, sous le titre « Le plus gros bobard de la fin du XX° siècle », Serge Halimi et Pierre Rimbert exposent comment treize États membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique (OTAN), dont la France et l’Allemagne, bombardaient le 24 mars 1999, la République fédérale de Yougoslavie :

« Cette guerre dura soixante-dix-huit jours et se nourrit de bobards médiatiques destinés à aligner l’opinion des populations occidentales des états-majors ». Les Serbes sont alors accusés de commettre "un génocide", d’exercer les pires exactions dégradantes, et d’avoir établi le plan Potkova pour organiser l’exode des Kosovars.

Le journal Le Monde, dirigé alors par Edwy Plenel, relaie l’information à plusieurs reprises. Or, ce plan s’avèrera être un faux : « Le pot aux roses sera révélé le 10 janvier 2000 par l’hebdomadaire Der Spiegel et confirmé douze ans plus tard par l’ancienne ministre des affaires étrangères bulgares. »

Spécialistes des Balkans, les journalistes Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin qualifient le plan Potkova d’ « archétype des fake news diffusées par les armées occidentales, repris par tous les grands journaux européens ». [2] De son côté, reprochent Halimi et Rimbert, Edwy Plenel ne reviendra jamais sur ce mensonge, pour eux, face à leurs erreurs « les journalistes les plus obsédés par la question des fake news préfèrent regarder ailleurs. »

Par l’étude de documents patrimoniaux, pour « cultiver l’exercice citoyen d’un doute méthodique », sous le titre « Les fausses nouvelles »,

le service de l’éducation artistique et culturelle de la BNF et le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI) met à la disposition des internautes une série d’affiches. [3] :

« Désinformation, mensonge, canular, propagande, la « fausse nouvelle » a été remise au goût du jour sous l’appellation de « fake news » puis de« infox ». Mais elle ne date pourtant pas d’hier. La Bibliothèque nationale de France et le CLEMI (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information) proposent de traiter cette question essentielle pour notre démocratie par l’étude des documents patrimoniaux. Cette exposition pédagogique en affiches propose des outils et des pistes de réflexion permettant de se repérer, de trier, d’identifier les sources et l’information pertinente pour cultiver l’exercice citoyen d’un doute méthodique. »

Informations rassemblées pour Education Populaire & Transformation sociale par Madeleine Abassade, co-animatrice du site.

[1] https://www.humanite.fr/fake-news-l...

[2] La revue du crieur, n°12, Paris, février 2019.

[3] Les affiches sont à consulter et télécharger sur cette page http://expositions.bnf.fr/presse/pe...


Répondre à cet article