Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesMouvements sociaux
Collectif ’’Changer de cap’’.
Lettre n° 6 du 26-9-2019.
lundi 30 septembre 2019
publié par Christian Maurel

Le Collectif « Changer de cap », créé en janvier 2019, constitue une plate-forme de mise en réseau et de soutien logistique à la convergence des luttes sociales, écologiques et démocratiques, en leur apportant des informations, des exemples et les réflexions. 130 personnes en sont membres, citoyennes, citoyens, gilets jaunes, militants écologistes, défenseurs des services publics, militants de partis, et de syndicats et de mouvements citoyens (ATTAC, AITEC, Les Jours Heureux, Convergence des Services publics, Stop Précarité, Collectif des Associations Citoyennes, ODASS,…).

Pour en savoir plus ou nous rejoindre, voir Qui sommes-nous ? Lettre du Collectif « Changer de cap » N°6 du 25 septembre 2019.

Convergences : un premier pas qui en appelle d’autres.

Les manifestations qui se sont déroulées vendredi 20 et samedi 21, un peu partout en France, ont confirmé la reprise d’une forte mobilisation et la convergence entre les luttes climatiques, sociales et démocratiques, entre marcheurs pour le climat, gilets jaunes, syndicalistes. Un appel commun a été publié le 21 septembre au matin :

« Nous rejetons d’une même voix un système capitaliste, raciste, sexiste, néo-colonial et néolibéral destructeur autant de nos droits collectifs que des écosystèmes et des équilibres climatiques. Bien qu’issu·e·s de luttes et de mobilisations différentes, nous avons un objectif commun, celui d’un changement profond de l’organisation de la société. Nous avons le nombre, il ne tient qu’à nous de faire corps pour lutter contre tous les projets politiques, économiques, industriels qui se situent dans une logique ultra-libérale et destructrice."

Le Collectif « Changer de cap » qui a signé ce texte, partage à 200 % ces orientations et la nécessité d’être solidaire dans nos luttes au nom d’un même objectif commun de rejet du capitalisme financier. Mais ce texte, rédigé dans l’urgence, n’est qu’une première étape. Il doit servir de base au lancement d’un nouvel appel, à la rédaction duquel participeraient pleinement les organisations écologiques, pour les prochaines mobilisations. C’est sur le terrain qu’il est possible de reconstruire dans la durée des alternatives crédibles, en s’appuyant sur la mobilisation de toutes et de tous. C’est pourquoi nous appelons à nouveau à multiplier les collectifs citoyens locaux pour construire des alternatives au quotidien, exercer ensemble un rôle de contre-pouvoir, de contrôle et de propositions, construire une vision partagée et solidaire du territoire. Mais nous sommes en bonne voie.

Nouvelles atteintes au droit de manifester le 21 septembre.

À Paris, le gouvernement a tout fait pour intimider et dissocier les manifestants. et dissocier les manifestants. La technique utilisée par le préfet de police a été, comme le 1er mai, de couper la manifestation, de provoquer des mouvements de panique en effectuant des charges sur de pacifiques manifestants pour le climat, de les enfermer dans des nasses et de les arroser de gaz lacrymogènes…..

Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes les 23 et 24 novembre 2019, à Commercy.

L’assemblée citoyenne de Commercy organise les 23 et 24 novembre 2019, à Commercy, une Rencontre nationale des communes libres, maisons du peuple, projets communaux et listes citoyens. L’objectif est de fédérer un réseau de « communes libres » et de contre-pouvoirs basés sur la démocratie directe, de construire ensemble un système plus juste dans nos quartiers, nos communes, nos villages, et de renforcer les liens entre les alternatives et les résistances au niveau local et national. Le Collectif « Changer de cap » participera à cette rencontre, avec l’espoir d’y apporter sa petite pierre. Si vous souhaitez participer à cette rencontre (nous n’avons pas encore les indications pratiques), merci de prendre contact avec nous sur contact@changerdecap.co

Le développement des collectifs citoyens.

Chaque mois, nous faisons circuler un certain nombre d’informations, de réflexion et de pistes d’actions sur les collectifs citoyens qui se multiplient. On trouvera des informations plus complètes sur la page du site qui les recense.

La Coopérative citoyenne Kemper, écologique, sociale et démocratique.

À Quimper, nous avons créé le 5 juin, pour les municipales, une coopérative citoyenne, coopérative écologique, sociale et démocratique (une personne, une voix qu’on appartienne non à une organisation). Les participants appartiennent à différents réseaux : marcheurs pour le climat, gilets jaunes, Europe écologie les Verts, UDB, LFI, les Coquelicots. Pour Ce sont les militants qui participent, pas les partis en tant que tels. Une charte a été signée par plus de 200 citoyens. 10 réunions programmatiques ont déjà eu lieu. Les décisions sur le programme seront prises en novembre décembre, avec des méthodes qui s’inspirent de la sociocratie (élections sans candidats, rotation des tâches,…).

Strasbourg Écométropole.

Un collectif pour un projet d’Écométropole s’est constitué à Strasbourg (en réponse à Euro-métropole) dans une logique d’union, avec des réunions thématiques ouvertes : gilets jaunes, citoyens non affiliés, gens de Place publique, du parti animaliste, de la France insoumise. Le collectif compte 300 sympathisants, 30 personnes viennent régulièrement aux réunions. Il travaille aussi à construire une université populaire dans les quartiers. Il soutient un hôtel, « La Roue Tourne », hôtel autogéré par des familles migrantes. C’est un espace de formation à l’autogestion et au respect des cultures.

Forum citoyen à Saint-QuenQuentin tin la Tour (Ariège).

A Saint-Quentin-la Tour (Ariège), le maire a organisé un forum citoyen « que faire pour bien vivre à Saint-Quentin ? » Sur 300 habitants, 70 ont participé. De nombreux projets sont sortis : faire un café associatif, un club des aînés, un jardin partagé, une bibliothèque, des échanges de compétences [échanges de savoirs], constituer un groupement d’achat, etc. C’est le maire qui a initié la démarche citoyenne, mais les gens se sont impliqués. Contact : sebastien.guyomard@free.fr

Maison du peuple à Nantes.

Une Maison du Peuple a ouvert ses portes à Nantes, 15 rue Jules Ferry, en juillet 2019, après plusieurs tentatives durant le mouvement des gilets jaunes, empêchées par une répression systématique. Il s’agit d’un grand bâtiment de plusieurs centaines de mètres carrés, situé dans le quartier Doulon. Elle a pour but de faire se rencontrer les luttes, les mondes et les personnes, et d’accueillir les actions en cours. De nombreux projets sont envisagés : accueil d’exilés, éducation populaire, entraide administrative, cuisine collective, débats, etc.

Nouvelles des mobilisations.

Il est impossible de restituer toutes les actions locales menées durant cet été. Beaucoup rassemblent des collectifs citoyens, des syndicats, des gilets jaunes, des militants écologistes. Nous en citerons quelques-unes à titre d’exemple.

- Grève des urgences : Bastia, parmi tant d’autres.

Plus de 250 services d’urgence sont en grève, rejoints par les médecins urgentistes. Des manifestations unitaires qui regroupent les personnels, des usagers, des associations, des citoyens.

À titre d’exemple, citons l’appel à manifester le 26 septembre à l’hôpital de Bastia par le Collectif inter-urgences, les organisations syndicales CGT, FO, STC, les gilets jaunes de Haute-Corse. Les grévistes refusent des locaux sous dimensionnés et indignes, l’épuisement des équipes, des salaires parmi les plus faibles de l’OCDE, les fermetures de lits, la maltraitance organisée et institutionnalisée. Pour les populations de Haute-Corse, l’insécurité des soins est renforcée par l’insularité.

- De nombreux groupes se mobilisent à nouveau après l’interruption de l’été pour multiplier les campagnes de signatures contre la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP). Signez et faites signer sur le site du gouvernement y compris sur la voie publique. Le collectif citoyen du 15e organise chaque mercredi une séance de signatures sur la place Geneviève de Gaulle, occasion d’expliquer la politique gouvernementale et de développer des propositions alternatives.

- Entraves aux signatures : Anticor saisit le Conseil Constitutionnel.

Le gouvernement fait tout pour limiter les signatures. Une véritable omerta s’est instaurée dans les médias, à tel point qu’Anticor a déposé une réclamation très argumentée au Conseil Constitutionnel pour dénoncer les entraves au recueil des signatures. Voir ici cette requête qui mérite une large diffusion.

- 12 et 13 octobre, Mettons les multinationales « hors service » ; semaine mondiale d’actions contre l’impunité des multinationales.

Vous pensez que les multinationales ont atteint un niveau de pouvoir disproportionné et dangereux ? Que leur impunité alimente le sentiment d’injustice sociale, fiscale, écologique et la colère populaire ? Alors participez à la mobilisation des 12 et 13 octobre prochains. Des dizaines d’actions vont être organisées partout en France. Si vous souhaitez être mis en relation avec un groupe local envoyez-nous un mail stop-impunite-attac@attac.org . Des milliers d’affiches vont être posées sur les distributeurs de billets de BNP Paribas, les pompes à essence de Total, les lockers d’Amazon.

Comprendre et débattre.

Lettre d’un gilet jaune à ses concitoyens.

par Christophe Tardy, gilet jaune de Haute-Loire.

Je suis Gilet Jaune et je l’assume haut et fort, un Gilet Jaune en colère mais déterminé et empli d’espoir. Je suis triste et en colère car je ne veux plus que l’on me traite à tout bout de champ d’antisémite, d’homophobe, de violent, de chômeur fainéant et cas social. (…) Cette chasuble, devenue comme ma seconde peau, veut dire que je suis à la fois écologiste convaincu, syndicaliste, personnel soignant, urgentiste, pompier, enseignant, bénévole associatif et tellement d’autres encore…. Ce Gilet que je porte signifie que je suis entré en résistance : pour notre planète que l’on détruit à petits (ou grands) feux. Pour nos anciens qu’on abandonne dans des institutions sans aucun moyen humain et matériel. Pour les personnes en situation de handicap, les mères célibataire.....

Une réorientation des services de renseignements vers la guerre sociale.

Une réorientation des services de renseignements vient d’être décidée par le gouvernement afin de « mieux anticiper les mouvements sociaux » (voir l’article du Monde). Cette information n’est pas secrète, puisque le rapport intégral décrivant cette stratégie figure sur le site Service Public. Les mouvements sociaux deviennent l’ennemi intérieur, prenant la place d’un terrorisme déclinant. La manipulation des mouvements (voir ci-dessous) devient légitime au nom de la « sécurité intérieure » Mais la sécurité dont il s’agit, c’est celle des ultra-riches, étouffant toute contestation.

L’infiltration du mouvement social : un exemple au contre-G7.

Applications pratiques de ce qui précède : Le vendredi 23 août 2019, dans le campement du contre-sommet à Hendaye, le débat porte sur violence-non violence. Un militant aperçoit une femme, en arrière-plan, en train de prendre des photos des uns et des autres avec son portable (voir ici le CR de Médiapart). Vivement interpellée par des participants, elle donne un coup sur son téléphone puis s’enfuit, sans reparaître sur le campement. Sur le portable, on retrouve tout un trombinoscope envoyé à un contact de son répertoire, « Éric », assorti d’un résumé des positions exprimées au micro.

Violence et non-violence dans les luttes. Rencontre-débat Vendredi 27 septembre.

Cette question a fait l’objet de vifs débats au contre G7, mais traverse également également sur le terrain, avec de plus en plus fréquemment une superposition d’actions violentes à des actions voulues non-violentes. Certains prônent la « complémentarité des tactiques » qui permet de juxtaposer actions violentes et non-violentes au sein d’un même mouvement. À l’initiative du MAN, une rencontre débat est organisée vendredi 27 novembre, de 19h30 à 21h30 à la FPH, 38, rue Saint-Sabin 75011 Paris). Deux intervenants pressentis : L’objectif est de considérer objectivement les arguments des uns et des autres, en débattre et y répondre. Le débat sera contradictoire et modéré et nous devrons nous écouter. Entrée gratuite, merci d’annoncer votre venue par courriel man.idf@nonviolence.fr

Ce que nous voulons : Changer de Cap !

... changer de système pour améliorer la vie de toutes et de tous et traduire la solidarité en actes.

Tous les mois, nous déposons dans votre boite mail un concentré d’inspiration, de propositions et de liens à activer si vous le souhaitez. La convergence est notre devise ! Faites nous part de vos questions, critiques, propositions sur contact@changer2cap.com


Répondre à cet article