Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteExpressions
A la Maison d’Europe et d’Orient
Maidan est partout
D’une place à l’autre... par Madeleine Abassade
samedi 7 mai 2016
publié par Madeleine Abassade

D’une place à l’autre par Madeleine Abassade : Libre expression à partir du synopsis du documentaire "Maidan is everywhere" qui sera diffusé le 13 mai à la Maison d’Europe et d’Orient à Paris. Pour la réalisatrice Katerina Gornostai, Maidan est partout (traduction de Maidan is everywhere).

Les choix de programmation des lieux culturels à Paris sont parfois étonnants quand ils résonnent a posteriori avec l’actualité . Ainsi, La Maison d’Europe et d’Orient diffuse le film documentaire "Maidan is everywhere" de l’ukrainienne Katerina Gornostai, dans cette période où sur les places de grandes et petites villes d’Europe, voire de villages comme à Aumessas dans les Cévennes [1], des citoyennes et citoyennes continuent "Nuit Debout."

Rappelons que Maidan est le nom de la place principale de Kiev [2] où se sont tenues en 2013 et 2014 les manifestations des partisans d’un rapprochement avec l’Union l’Européenne, dans une "atmosphère de révolution" selon Katerina Gornostai, jusqu’à ce que la police et les forces spéciales ukrainiennes interviennent unissant leurs forces à la violence de nationalistes et à celles des russes qui, selon certaines sources, profitèrent de la situation pour annexer la Crimée. [3]. Ce sont ces affrontements sanglants que la réalisatrice désignerait par le mot "guerre".

Le rapprochement entre ces deux périodes de mobilisations citoyennes, les manifestations en Ukraine et celles de Nuit Debout, pourrait paraître décalé, au regard des contextes différents, si on s’en tenait à la seule prise des places publiques comme lieu d’expression du politique et à la seule revendication de rattachement de l’Ukraine à l’Union Européenne dont il ne faudrait pas oublier que les politiques libérales accentuent les repliements identitaires et les inégalités. Mais c’est la dimension symbolique de transformation d’espaces publics urbains en espaces collectifs de contestation et d’espoir de changement qui permet ici ce rapprochement. « En tout état de cause, rappelle J. Rancière, la question de la convergence des luttes est dépendante de la question de la nature de ces luttes. » [4].

En tout état de cause, en donnant la parole aux artistes, ici à l’ukrainienne Katerina Gornostai, la Maison d’Europe et d’Orient affiche une intention de circulation des œuvres et des diversités culturelles, allant dans le sens de ce qu’écrit Jérôme Clément, -l’actuel directeur de la Fondation Alliance française qui la soutient-, dans son livre "L’urgence culturelle". [5]. Tandis que la Maison d’Europe et d’Orient avertit les lecteurs de son site qu’elle est "Scène non conventionnée par le ministère de la Culture de la république Française, ni pour les écritures contemporaines, ni pour la diversité linguistique."...

Maidan is everywhere (Maidan est partout). Film documentaire de Katerina Gornostai (Ukraine, 37’)

- A la Maison d’Europe et d’Orient - 3 passage Hennel - 75012 Paris

En partenariat avec Q-rators Coordination Anna Ten

- VENDREDI 13 MAI - 19h30

Cette histoire commence lors de la révolution à Maidan, une longue période de transition qui n’est toujours pas terminée. Pendant toute cette année le peuple a vécu dans l’atmosphère de la révolution, puis de guerre. Quoi que vous fassiez à cette époque, rien n’était à la hauteur de la guerre, toutes les choses du quotidien devenaient tout d’un coup insignifiantes. Toute une nation s’est vue plongée dans la guerre bien que tout le monde ne soit pas sur la ligne du front. La réalisatrice garde en mémoire cette année charnière, presque comme un bijou, comme un héritage, essayant de ne pas oublier les visages des proches de longue date et de ceux rencontrés au cœur des événements.

-  Katerina Gornostai étudie la biologie, puis le journalisme à l’Académie Mohyla de Kiev. Elle est également diplômée de l’Ecole du Film Documentaire et Théâtre (Moscou) de Marina Razbezhkina et Mikhail Ugarov. Actuellement elle est engagée dans des programmes de documentaires éducatifs et mène ses propres projets de fiction et de cinéma documentaire. Depuis 2013 elle réalise Entre nous, Dents de Lénine, Manifestation pacifique de Masha, son film Maidan is everywhere a reçu le prix Andriy Matrosov à Docudays UA en 2015.

-  A propos de Q rators

Q rators est une association franco-ukrainienne composée de deux commissaires indépendantes Natasha Tseliuba et Anna Ten. Toutes deux originaires de Zaporijjia (dans le Sud Est de l’Ukraine), elles évoluent dans des milieux artistiques très différents, se réunissant ponctuellement pour les projets expérimentaux de Q rators. Depuis Paris et Kiev, elles se sont entourées d’une bande de filles aux horizons très variés pour faire naître ce projet : une vidéaste mathématicienne, une critique de théâtre et professeur de yoga, une professeur d’université et militante politique, une historienne et théoricienne de l’art.

Les rencontres artistiques de Q rators réunissent une génération de jeunes artistes qui utilisent le medium de la performance, un savant mélange de théâtre, arts plastiques, vidéos, comme outil d’expression artistique engagée. Ces artistes imaginent des projets innovants et passionnés pour décrire et décrier la société qui les entoure : la politique, la religion, la place de la femme, le poids de l’histoire. Souvent avec peu de moyens mais un total engagement, les performeurs ukrainiens inventent un langage artistique original et foisonnant.

www.qrators.weebly.com

[1] http://www.mille-et-une-vagues.org/...

[2] MAIDAN : La place de l’Indépendance (en ukrainien : Майдан Незалежності, Maïdan Nézalejnostin), est la place centrale de Kiev, capitale de l’Ukraine. Cette place a connu plusieurs noms, mais elle est souvent appelée simplement le Maïdan (« la Place »). Lors de la Révolution orange en 2004 et des événements de l’hiver 2013-2014, c’est le lieu de rassemblement des manifestants.

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Eurom...

[4] Jacques Rancière http://www.mille-et-une-vagues.org/...

[5] Jérôme Clément. L’urgence culturelle. Grasset. 2016


Répondre à cet article