Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesEducation Populaire & Palestine
Neve Shalom- Wahat as Salam : un oasis de PAIX en Israël.
Par Jacqueline Butaeye
lundi 28 septembre 2015
publié par Madeleine Abassade , Jacqueline Butaeye

Nous avons rencontré "Les Amis Français du village de Neve Shalom/ Wahat as Salam" où cohabitent des citoyens israéliens "Juifs" et "Arabes-Israéliens". Ce fut aussi l’occasion de revenir sur la création de l’Etat d’Israël et les conditions de vie des palestiniens.

L’Empire ottoman a régné sur le territoire palestinien de 1517 à 1917. Les deux populations indigènes de la Palestine historique ( une majorité arabe et une minorité juive) ont vécu une paix relative pendant des siècles avant la création de l’État d’Israël en 1948 et La "Nakba", "désastre ou catastrophe", qui désigne l’exode de la population palestinienne fuyant les massacres et la destruction de leurs villages par l’armée israélienne.

Les "Arabes Israéliens" sont l’ensemble des Arabes de Palestine qui sont restés dans la région où Israël s’est établi en 1947-1949, et n’ont pas été chassés au cours de La "Nakba". Aujourd’hui ils constituent environ 20 % de la population israélienne. Considérés comme des citoyens de seconde zone, ils ne disposent pas des mêmes droits en matière d’Education, d’accès aux droits sociaux et à la propriété.

C’est dans ce contexte que "le village" Neve Shalom- Wahat as Salam organise une vie fondée sur le respect des différences culturelles et la paix.

Neve Shalom- Wahat as Salam : un oasis de paix en Israël.

En Israël, Neve Shalom-Wahat as Salam est un village qui se trouve à égale distance ( 30 kms) de Jérusalem et de Tel Aviv et de la ville palestinienne Ramallah en Cisjordanie.

Ce village a été imaginé en 1970 par Bruno Hussar. Bruno Hussar est né en Egypte, de famille juive non pratiquante d’un père Hongrois et d’une mère Française. Converti au christianisme, Religieux Dominicain il obtient la citoyenneté israélienne en 1966 . Neve Shalom-Wahat as Salam a été fondé sur un terrain de 40 ha, non utilisé depuis longtemps entre Israël et la Cisjordanie loué au monastère voisin de Latroun.

Neve Shalom-What as Salam a été reconnu comme un village par le gouvernement israélien en 1985.

Pour Anne le Meignen franco israélienne, cofondatrice du village « dans la réalité israélo-palestinienne aussi un autre dialogue peut commencer, si une réelle reconnaissance de l’injustice historique à l’égard des Palestiniens est admise. Alors il sera possible de mener un véritable dialogue entre pairs à égale hauteur d’yeux »

Objectifs :

Créer une communauté où cohabiteraient Juifs, Chrétiens et Musulmans. Vivre en paix et être heureux ensemble.

Elever les enfants tous ensemble dès le plus jeune âge pour supprimer les préjugés. Choisir de comprendre l’autre.Participer à la recherche d’une compréhension mutuelle.

Montrer par exemple qu’il est possible pour des Juifs et des Arabes de vivre ensemble sans chercher à priver l’autre de ses droits.

Chaque être a une dimension spirituelle et doit être reconnu dans sa dimension spirituelle.

Depuis 1977 , les habitants du village essaient de montrer comment pourraient vivre en paix deux communautés qui se déchirent.

La vie au village :

« 57 familles vivent à Neve Shalom-Wahat as Salam . 34 nouvelles maisons sont en construction. Dans 5 ans, il devrait y avoir 43 maisons supplémentaires. Et l’expansion s’arrêtera là car nous n’aurons plus de place. 300 familles sont sur liste d’attente. » Explique Eyas Shbeta Palestinien à la tête de l’ "Agouda" qui fait office de mairie.

« Les habitants de ce village partagent au moins une conviction, celle que tous les citoyens arabes (un israélien sur 5) devraient être les égaux des Juifs dans ce pays. »

Chaque famille construit sa maison et éduque ses enfants selon ses propres croyances et coutumes.

L’Ecole : primaire et secondaire

L’enseignement est bilingue , biculturel (hébreux et arabe ) et laïque. Dans chaque classe il y a deux enseignants. 92 % de ses élèves actuels ne viennent pas du village mais des petits villages alentours.

L’ensemble des enfants maîtrise les deux langues. Ils entretiennent des amitiés dans les deux cultures.Ils ont une grande ouverture d’esprit et connaissent la culture de l’autre.

Quand ils quittent l’école primaire pour rejoindre une école secondaire publique, ils deviennent des ambassadeurs transportant le message du village à l’extérieur.

Neve Shalom-Wahat as Salam dispose aussi d’une école de la Paix qui enseigne la résolutions des conflits aux jeunes comme aux autres. Tout au long de l’année,, des adultes du pays ou d’ailleurs, Juifs Musulmans ou Chrétiens viennent effectuer des stages de 3 jours pour apprendre des uns et des autres.

Financement Etat : 25 % Familles : 25 % Dons du monde entier : 50 %.

Les familles qui vivent dans ce village sont de milieux aisés. Chacun doit financer la construction de sa maison. Le ramassage scolaire dans les villages alentour permet cependant au village de ne pas vivre dans une bulle comme le reproche leur en est fait parfois.

Pour en savoir plus, lire la lettre d’information N° 24 publiée par les amis de Neve Shalom- Wahat as Salam : http://wasns.org/lettre-d-informati...

Post Scriptum :

P-S de M.A : Aujourd’hui Parmi les Israéliens, 4 % ne sont ni "juifs", ni "arabes" ; ils sont principalement représentés par les communautés chrétiennes grecques, arméniennes, syriaques, etc.


Répondre à cet article