Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteMéthodologie Outils et modes d’action d’éducation populaire
POURQUOI UNE OFFRE CIVILE DE REFLEXION ( OCR )ET UN SITE CONSACRES A L’EDUCATION POPULAIRE ? POUR QUI ? AVEC QUI ? (ET MALGRÉ QUI ?)
vendredi 2 septembre 2016
publié par Madeleine Abassade

Le présent site, créé il y a quelques années, est une des modestes suites d’une dynamique en passe de tomber dans les oubliettes de la grande histoire des multiples renoncements politiques qui ont marqué depuis trop longtemps le déclin des responsabilités publiques nationale, régionale et locale ...

Portée par un ministère alors en voie de démantèlement ( déjà ! ) , où sport et jeunesse se côtoyaient de manière improbable, cette dynamique s’était nommée " Offre Publique de Réflexion ".

Cette dynamique, nommée Offre Civile de Réflexion, s’était adressée à l’ensemble des citoyens ( à ne pas confondre avec les consommateurs auxquels le libéralisme financier essaie de les réduire aujourd’hui ) .

Elle avait contribué à construire une alternative originale à la délégation de pouvoir qui préside à l’organisation institutionnelle de la République actuelle, en confiant aux hommes et femmes volontaires le soin de se regrouper et de travailler à jeter les bases d’une Education populaire revivifiée, actualisée, reconnue et soutenue ... Il y avait urgence .

Je ne développerai pas davantage ici le propos . Mais il n’est pas anodin de savoir que cette " expérimentation " citoyenne ( unique dans les annales de la vie nationale ) a généré comme jamais un vaste mouvement où des milliers de citoyens ont travaillé, débattu, imaginé, proposé, contribué à ce pari alternatif .

Son succès avait suffisamment de quoi inquiéter les tenants de la démocratie délégataire de l’époque pour qu’il y soit mis fin brutalement : et si le cercle des citoyens actifs allait s’élargir, n’allait-il pas mettre en cause d’autres politiques publiques ?

La nécessité d’émanciper radicalement les pratiques démocratiques, organiser politiquement l’intervention pérenne du citoyen est depuis devenue une urgence encore plus flagrante : le délitement de la société ne fait que croître, les inégalités sociales explosent, et le monde se trouve confronté à des périls majeurs .

Le marketing pré-électoral

La caricature offerte aujourd’hui par les politiciens professionnels - transformant la pensée de et sur la Cité en marketing pré-électoral permanent- met en danger l’avenir même de la démocratie, dans le même temps où sous prétexte de " course à l’identité " les nationalismes mortifères de tous poils tentent leurs retours, ici et ailleurs .

Alors que l’identité d’un peuple est un mouvement, une construction permanente, un métissage fécond, et cela depuis toujours dans l’histoire de l’humanité, les postures prises aujoud’hui à son sujet mettent en danger toute vie sociale fraternelle, la paix , la sécurité réelle : celle qui donne du travail à toutes et à tous, celle qui s’attaque réellement aux inégalités sociales et culturelles , qui se préoccupe du sort de la planète ...

Mais pensée et action politiques dignes de ces noms n’ont pas disparues : elles sont le fait de milliers de collectifs, d’associations, de coopératives, d’ONG, de forums ... qui travaillent quotidiennement à concrétiser les aspirations des hommes et des femmes refusant le destin de la résignation et de la servitude, volontaire ou imposée . Si les grands médias, en cours d’appropriation économique (donc idéologique ) par les grands groupes financiers , n’en parlent guère, il est à remarquer que bon nombre de sujets et d’agendas sociétaux sont devenus émergents de par cette action citoyenne puissante ... dans les domaines aussi variés que la sauvegarde de la planète, la préfiguration d’autres répartitions des richesses , et, bien que rares et précaires, les luttes et conquêtes syndicales , la remise en cause ( victorieuse ? ) du projet de Traité transatlantique ... jusqu’aux " Nuit Debout " dont il serait bien imprudent de penser qu’elles sont définitivement réduites au silence, etc .

Peut-être est-ce ce qui faisait espérer André Gorz lorsqu’il disait que " la sortie du capitalisme a déjà commencé sans être encore voulue consciemment " ?

Illustrer une autre manière de faire de la politique.

La dénomination n’est pas ici importante : " l’éducation populaire" , quoi qu’il en soit, est en mouvement partout . Sur les places publiques , dans les rues, les ateliers, les villages .

Le présent site, animé bénévolement, veut s’inscrire dans ce travail souterrain, dans cette marche permanente : en publiant des contributions, relayant témoignages et informations, popularisant des initiatives, ouvrant des mises en débat ...

Il souhaite illustrer la possibilité de cette " autre manière de faire de la politique " si souvent ressassée par les tribuns de l’agitation médiatique, jamais mise en oeuvre ... toujours différée .

A sa manière, l’éducation populaire de transformation sociale et politique préfigure un avenir possible pour la démocratie et, peut-être, un avenir tout court pour une vie commune, pour une mise en commun de nos destins, à l’opposé de la concurrence généralisée dont le capitalisme menace les relations humaines , intimes, collectives, nationales et internationales .

Vous êtes donc ici les bienvenus . Et y serez utiles .

Marc Lacreuse.

Education populaire & Transformation sociale .

Pour tout renseignement et contact, voici nos adresses mails :

Madeleine Abassade : madeleine_abassade@hotmail.com

Marc Lacreuse : lacreusemarc@orange.fr

Christian Maurel : maurel.laprac@orange.fr


Répondre à cet article