Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteMéthodologie Outils et modes d’action d’éducation populaire
LE COLLECTIF CHANGER DE CAP :
PROPOSITIONS POUR UNE TRANSITION SOCIALE, ECOLOGIQUE ET DEMOCRATIQUE
présentation
jeudi 20 juin 2019
publié par Marc Lacreuse

" CHANGER DE CAP "

PROPOSITIONS POUR UNE TRANSITION SOCIALE

ECOLOGIQUE ET DEMOCRATIQUE

---------------------------

Qui sommes nous ?

Le Collectif « Changer de cap » s’est créé en janvier 2019 pour favoriser la convergence entre les mobilisations sociales et écologiques, avec plusieurs mouvements citoyens (ATTAC, CRID, Les Jours Heureux, Convergence des Services publics, Coordination des hôpitaux et maternités de proximité, Stop Précarité, Collectif des Associations Citoyennes, Fondation Monde Solidaire, ODASS), des militants écologistes et gilets jaunes, avec 3 objectifs :

- développer les liens avec les acteurs de terrain et suivre l’évolution des mobilisations afin de favoriser les convergences entre les mouvements, et aider la dynamique sociale à s’enraciner dans la durée,
- Favoriser la constitution de collectifs citoyens pour reconstruire des dynamiques communes de transformation écologique, sociale et solidaire s’appuyant sur la mobilisation de tou te s,
- rassembler les principales propositions nécessaires pour instaurer une justice fiscale et sociale, renouveler la démocratie, réguler la finance dont plus aucun citoyen ne veut, montrer comment celles-ci sont convergentes.

En effet, aujourd’hui, la société se décompose. La course irresponsable au profit conduit à brève échéance à un risque mortel pour l’ensemble de l’humanité, la biodiversité et l’ensemble de la planète. Mais les investisseurs-spéculateurs se moquent de l’avenir. Ils continuent imperturbablement d’exiger de l’économie réelle des taux de rentabilité exorbitants, saignant à blanc les entreprises, détruisant le tissu social et les équilibres écologiques, et transforment nos vies en marchandises et en produits jetables. Le gouvernement, qui est à leur service, continue, malgré un refus massif des populations, à s’estimer légitime pour détruire les sécurités, les solidarités et les libertés et tout transformer en marché.

Face à cette situation, les mobilisations se sont multipliées depuis 6 mois pour refuser l’inacceptable et exiger un changement de système. Le mouvement des gilets jaunes, à l’origine de cette mobilisation, a remis au cœur du débat politique l’exigence d’une démocratie réelle et d’une justice fiscale, sociale et écologique. Les grèves des jeunes pour le climat et les marches du siècle traduisent une prise de conscience écologique qui s’est aussi manifestée dans les urnes.

Aujourd’hui, la mobilisation s’enracine et se diversifie. Même si les manifestations du samedi sont en recul, les actions se multiplient contre les fermetures de services publics, la loi Blanquer, les privatisations, les atteintes aux libertés, en lien avec les syndicats, les élus locaux et les usagers. Des initiatives d’auto-organisation des citoyens en difficulté se développent, qu’il s’agisse de défense des droits des chômeurs, de lutte contre l’exclusion numérique, de jardins partagés, de covoiturage, etc.

Les récentes élections européennes créent une situation paradoxale qui ne reflète pas ces mobilisations. Alors que sur le terrain les logiques de responsabilité écologique et sociale et les valeurs républicaines sont massivement convergentes, l’éclatement des forces qui pouvaient présenter une réelle alternative permet au pouvoir et à l’extrême droite de se mettre en scène comme les seules forces en présence. C’est donc sur le terrain qu’il est nécessaire de reconstruire une alternative crédible, en s’appuyant sur la mobilisation de toutes et tous, car nul ne peut agir seul.

Trois actions principales

1 Liens avec des acteurs de terrain et suivi de l’évolution des mobilisations

Un réseau d’une vingtaine de correspondants a été constitué, composé de gilets jaunes ou d’acteurs associatifs. Les contacts avec eux permettent de suivre avec des relations de confiance l’évolution des mobilisations. Plusieurs outils sont pour cela mis en place :
- Une newsletter, la lettre « Changer de cap » permet tous les 15 jours de faire circuler les informations et de mettre l’accent sur une des dimensions des propositions (services publics, fiscalité, transition énergétique, etc.) (http://collectif-changerdecap.fr/?L...)
- Une page Facebook https://www.facebook.com/changer2cap/ relaie des informations et la newsletter, avec la possibilité d’établir des débats interactifs. Il est prévu d’intégrer un fil Twitter.
- des Vidéos. Il existe déjà de nombreuses vidéos produites par mouvements citoyens, notamment des vidéos produites par ATTAC, Amnesty, etc. Le premier travail serait de mettre en lien sur le site et sur la newsletter les vidéos qui existent. Si rien n’existe, on peut réaliser de petites interviews de 2 ou 3 minutes.

2 Susciter l’émergence de collectifs citoyens.

Un appel a été lancé pour appeler à la multiplication de collectifs citoyens sur tous les territoires, et le cas échéant si de listes citoyennes pour les prochaines élections municipales, réunissant tous ceux et celles qui partageant une même volonté d’agir ensemble pour changer le système : citoyennes, citoyens, gilets jaunes, militants écologistes, défenseurs des services publics, militants de partis, et de syndicats ou d’associations.

L’objectif est d’aider les collectifs locaux à construire des projets de territoire partagés préparant une transformation écologique, sociale et solidaire, renouveler la démocratie à partir d’assemblées ouvertes à tous, développer des démarches de réflexion et d’éducation populaire, réinventer la fraternité et la bienveillanceen avec la construction d’alternatives au quotidien. La constitution de listes citoyennes pour les élections municipales, dans cette perspective, ne correspond pas à une institutionnalisation mais à un prolongement des luttes pour gérer démocratiquement les territoires là où la technocratie a échoué.

Le Collectif s’organise pour favoriser la circulation des informations, mutualiser des exemples de réalisations, des analyses et propositions, et envisage d’organiser des échanges et des rencontres.

3 Synthèse des propositions nécessaires pour changer de cap

Le Collectif a établi une synthèse des propositions formulées par les différents mouvements citoyens changer de cap, en les comparant aux revendications formulées par les gilets jaunes. Ce travail montre la convergence de toutes ces propositions. Celles-ci sont rassemblées sur un site https://bit.ly/2NSLysk qui constitue un lieu ressource. Ce travail est loin d’être achevé. En particulier, les informations sont progressivement complétées par les propositions des nouveaux réseaux ou des associations qui rejoignent le collectif. Il est en outre prévu de compléter l’information par des exemples et des petites vidéos explicatives. Le collectif envisage, notamment à travers les éditoriaux de la newsletter, de contribuer au débat public sur les mesures nécessaires, les convergences mais aussi les silences des différentes déclarations.

Organisation

Le collectif lui-même se réunit tous les 2 mois avec des participants des différents mouvemets, des bénévoles et des militants appartenant à des groupes de gilets jaunes d’Île-de-France ou d’autres régions (par téléconférence). Ce groupe est s’élargit progressivement au fur et à mesure des contacts et des apports d’autres réseaux spécialisés.

Le travail de réalisation repose sur une équipe de 5 personnes bénévoles : Didier Minot, Angélina Tessier, Mathilde Brunet, Laurent Mabille, Colette Spire. Cette équipe ne demande qu’à s’élargir. Des financements ponctuels ont été apportés par la fondation Monde solidaire pour la communication et la mise en place du site rassemblant les propositions est assurée par ODASS (outils à disposition des acteurs solidaires et sociaux), SCOP en cours de transformation en SCIC, à laquelle appartiennent Olivier Picot et Frédérique Dumont.

Le collectif, récemment créé, a un caractère informel. Il n’a pas de statut juridique, pas de budget, pas d’équipe permanente ni de locaux. Mais si son action se développe dans la durée, il sera nécessaire de constituer une association et de faire appel à des dons, à des cotisations et de trouver des financements.

12 juin 201


Répondre à cet article