Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteMéthodologie Outils et modes d’action d’éducation populaire
Réflexion collective et action sur les médias et l’information,
ACRIMED
mardi 14 janvier 2020
publié par Madeleine Abassade

L’ « interrogatoire, le 7 janvier, de Philippe Martinez qui confine à la caricature des interviews de démobilisation sociale », conduit par deux célèbres animateurs de radio, voir la vidéo mise en ligne par ACRIMED [1], souligne l’importance du rôle collectif de critique et d’indépendance d’accès aux informations et à leurs analyses, tel celui exercé par les sites d’Education Populaire.

Vous avez dit « Éducation » aux médias ?

Interroge Nils Solari pour ACRIMED Action-CRItique-MEDias. [2] association invitée, au mois de septembre, devant la section de l’Éducation, de la culture et de la communication du Conseil économique, social et environnemental (CESE) qui préparait un avis intitulé « L’éducation aux médias et à l’information au défi des mutations du monde des médias »

Pour N.Solari, l’appellation d’ « éducation » aux médias et à l’information est elle-même problématique. Elle suppose qu’une communauté de sachants, disposant de compétences nécessaires à l’appréhension du monde médiatique, délivre, de manière verticale, un savoir auprès d’esprits peu éclairés en la matière…

Pourtant, [...], il s’agit-là d’un phénomène qui touche, peu ou prou (presque) tout le monde, même avec des usages différenciés. Ainsi, plutôt qu’une éducation aux médias, ACRIMED« s’inscrit davantage en faveur d’une réflexion et d’une action collective qui puissent inclure et questionner les pratiques de chacun.e. La figure de l’intelligence collective nous semble ici plus pertinente à développer, plutôt que d’entrevoir les apprentissages info-documentaires passant exclusivement par une communauté d’experts ou d’initiés, qui, à l’heure actuelle, ne peuvent couvrir l’ensemble du spectre des pratiques médiatiques et/ou en rapport avec les médias. »

Quels contenus ?

« Tirées de l’expérience acquise au cours des différentes actions de formation entreprises par Acrimed (en interne comme à l’extérieur, en milieu scolaire, socioculturel ou syndical), ainsi que des remontées d’acteurs associatifs et/ou d’éducation populaire qui, de près ou de loin, se revendiquent de l’Education aux Médias et à l’Information [EMI] sur le terrain, ACRIMED propose quelques éléments de réflexion pour développer une politique d’éducation critique aux médias et à l’information tout au long de la vie.

En effet, si « la question de la production et de la diffusion de l’information est trop importante pour être laissée aux seules mains des journalistes » ou des prétendus « spécialistes » de l’information, s’il en va d’une question de pluralisme et de la manière dont elle contribue à façonner le débat démocratique, on ne peut évidemment que souhaiter que l’ensemble des citoyens se saisisse, à tout âge de la vie, de la question de l’Education aux Médias et à l’Information et de la critique de la production de l’information. »

L’intégralité de l’article de Nils Solari est publié sur le site d’ACRIMED [3]

[1] https://www.acrimed.org/Retraites-N...

[2] Action-CRItique-MEDias [Acrimed] Née du mouvement social de 1995, dans la foulée de l’Appel à la solidarité avec les grévistes, notre association, pour remplir les fonctions d’un observatoire des médias s’est constituée, depuis sa création en 1996, comme une association-carrefour. Elle réunit des journalistes et salariés des médias, des chercheurs et universitaires, des acteurs du mouvement social et des « usagers » des médias. Elle cherche à mettre en commun savoirs professionnels, savoirs théoriques et savoirs militants au service d’une critique indépendante, radicale et intransigeante.

[3] https://www.acrimed.org/L-education...


Répondre à cet article