Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPratiques artistiques
FILMS ET DEBATS
SUR LA THEMATIQUE " CONTRE - POUVOIRS "
LUNDI 20 MARS 2017 . PARIS . MK2 QUAI DE LOIRE .
mardi 14 mars 2017
publié par Marc Lacreuse

LE RENDEZ-VOUS DES DOCS

DOCUMENTAIRE SUR GRAND ECRAN

SAISON 2016/2017

FILMS & DEBATS SUR LA THEMATIQUE

" CONTRE - POUVOIRS "

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LUNDI 20 MARS 2017 20 h

CINEMA MK2 QUAI DE LOIRE 7 quai de Loire 75019 PARIS

--------------

ON IRA A NEUILLY INCH’ALLAH

d’Anna SALZBERG et Mehdi AHOUDIG ( France 2015 )

On entend l’histoire d’une première grève, celle de jeunes travailleurs de Vélib’,le service de location de vélo parisien., On voit Paris en noir et blanc en 16 mm, au petit matin. On entend la lutte qui tente de s’organiser, avec la langue des quartiers populaires. On voit le parcours de la manifestation qu’ils auraient voulu faire, jusqu’à Neuilly, banlieue riche où se trouve le siège social de Vélib’.

Le film interroge deux relations : celle des jeunes des quartiers populaires et leur place dans la société, leur désir de visibilité, et celle tendue entre image et son au cinéma.

------------

DJAMA POUROUTI LA ( LA COLERE DU PEUPLE )

de Frédérique LAGNY (France - Burkina Faso 2016 )

Trente ans après la Révolution Démocratique et Populaire menée par Thomas Sankara, la chute du régime de Blaise Compaoré est à l’horizon. Délaissée par le pouvoir et l’ensemble de la classe politique, la jeunesse burkinabé tente de s’organiser en réfléchissant à haute voix sur les projets d’avenir du pays et sur les contributions envisageables. Au centre de cette mobilisation, le Balai Citoyen. Héritier du legs politique de Thomas Sankara, le mouvement a pour objectif immédiat la promotion de l’alternance politique en 2015 en s’opposant à la modification de la Constitution et à la mise en place d’un Sénat. Le film montre aussi le dénuement des populations dans lequel ce formidable mouvement d’indignation et de colère a puisé ses raisons d’être. A Bobo-Dioulasso, lassé d’être spolié par les pratiques peu recommandables des maires de secteur et la dégradation des services publics ( hôpitaux, écoles, logement ) , le peuple affirme sa volonté de justice sociale et du respect des institutions démocratiques .

---------------------------

Séance suivie d’un débat avec les cinéastes

--------------


Répondre à cet article