Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteActualitésEvènements
Dans la Neuwsletter du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis.
Un forum pour les jeunes qui rèvent de changer le monde.
le 16 novembre 2019.
vendredi 29 novembre 2019
publié par Christian Maurel

Reportage .

Un forum pour les jeunes qui rêvent de changer le monde.

L’ONG Yes Akademia, les associations dédiées aux jeunes et leurs partenaires ont organisé le 16 novembre un forum dédié à l’engagement citoyen des 15-30 ans dans les locaux du Service Jeunesse de Clichy-sous-Bois.

« Ça fait des années que je rêve de faire de l’humanitaire mais je n’ai jamais su à qui m’adresser » confie Mehdi avec des étoiles dans les yeux. Un bénévole va lui présenter les programmes d’entrepreneuriat social de l’association Yes Akademia. Et lui rappeler que toute action sur le terrain nécessite une préparation minutieuse.

Des étudiant.e.s qui veulent s’engager mais ne savent pas comment.

« L’objectif est de laisser les jeunes s’exprimer sur les thématiques qui leur tiennent à cœur et pour lesquelles ils souhaiteraient s’impliquer » déclare Siloé Vincent, chargée de projets du centre de ressources départemental. « Des rencontres sont prévues ensuite entre ceux qui ont participé à des projets associatifs et ceux qui pourraient sauter le pas ». Des discussions en ateliers sont organisées en début d’après-midi sur des problématiques variées : le racisme, la culture, les inégalités, l’éducation et l’engagement.

À l’issue des échanges, les jeunes bouillonnent de propositions : « il faudrait intervenir dès l’école primaire et expliquer ce qu’est le racisme » selon Coralie, « se battre davantage contre les discriminations » pour Issa, « valoriser la culture populaire dans l’éducation » ou « pousser les autorités à être plus à l’écoute des associations ».

De jeunes bénévoles prennent ensuite le micro pour présenter leur engagement associatif. « Nous faisons des appels aux dons sur les réseaux sociaux puis on distribue dans la capitale des repas en kit aux réfugiés ou aux SDF » explique avec enthousiasme Mohamed. Amina qui a quant à elle réalisé des projets de solidarité internationale au Sénégal est émue par la difficulté des jeunes africain·e·s à obtenir « ne serait-ce qu’un ballon » et se sent fière de les avoir aidés. Les bénévoles qui témoignent insistent tous sur l’esprit familial des ONG et sur l’intégration immédiate dont ils·elles ont bénéficié.

Inciter les jeunes à ne pas censurer leurs désirs.

Leila Sy, co-réalisatrice du film Banlieusards et ardente défenseuse des quartiers populaires est l’invitée surprise du forum. Sous un feu nourri de questions, elle dispense ses conseils aux jeunes. « Pour réaliser vos idéaux, n’hésitez pas à rêver grand, à essayer d’atteindre ce qui ne semble pas à votre portée. Mais pour ce faire, il faut être déterminé et surtout énormément travailler ». Derrière les stands, des représentant·e·s associatif·ve·s présentent avec maints détails à une cinquantaine de visiteur·euse·s la raison d’être de leur structure.

Des anciens lycéen·ne·s de l’ONG Salydarité présentent ainsi leurs projets de construction d’une bibliothèque dans une école africaine tandis qu’une bénévole d’Étudiants et développement expose aux curieux·euse·s les modalités pratiques d’engagement à l’international.

Vous êtes jeune et vous aussi vous rêvez d’un monde plus juste, solidaire et durable ? Un second forum Partir-Ciper est prévu samedi 30 novembre en journée à la Maison des Jeunes Guy-Moquet à La Courneuve, 119 avenue Paul-Vaillant-Couturier. Vous serez peut-être conquis·e par des projets épanouissants et « créateurs de sens » réalisables sur votre territoire. Haut les cœurs !

Un scoop : vous rencontrerez pendant l’après-midi le rappeur d’Aubervilliers Mac Tyer.

Des expériences de vie qui aident à se construire.

Abdou Seydi , 22 ans, ancien lauréat de l’association Yes Akademia.

« J’ai découvert ce programme pédagogique il y a deux ans lorsque j’étais étudiant à La Sorbonne. Après avoir participé à des ateliers de l’association sur l’entrepreneuriat social, j’ai choisi de conduire un projet de réparation d’un moulin à huile au Sénégal. J’ai passé un mois et demi en Casamance. De retour en France, j’ai réalisé sur internet une collecte de fonds, ce qui m’a permis d’acheter les pièces nécessaires à la rénovation de l’équipement. Le moulin à huile fait actuellement vivre pas mal de familles au village, ce qui me rend très fier ».

Imane Ammari, 21 ans, bénévole d’AC Le Feu.

« Après les émeutes de 2005, des chercheurs sociologues ont mené des enquêtes dans les quartiers et au sein de l’association AC Le feu, nous avons eu l’opportunité de participer à un échange international avec d’autres jeunes de quartiers populaires en Île-de-France puis à Montréal. J’ai ensuite contribué à l’accueil de jeunes Palestiniens et participé à des maraudes sociales avec les mamans de l’association. Je me sens très épanouie dans le milieu associatif et je vais continuer à donner de mon temps. »

Les associations Yes Akademia et AC Le feu ont bénéficié d’un soutien financier du Département en 2019.


Répondre à cet article