Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPratiques artistiques
Zéro, un, trois, cinq. J’aime bien oublier
Théâtre et chorégrahie. Au Carreau du Temple
vendredi 10 mars 2017
publié par Madeleine Abassade

Zéro, un, trois, cinq

Le 16 mars 2017 à 19h30

Le carreau du temple, Paris 11

« J’aime bien oublier.

D’ailleurs il n’y a pas grand-chose à faire pour oublier. Ça vient tout seul. Ça peut sembler un peu paresseux de dire, j’aime bien oublier. Comme dire j’aime bien dormir. On peut penser que ça demande encore moins d’effort d’oublier que de dormir. Ce n’est peut-être pas vrai. »

Dans le trio, il y avait deux corps et la voix de celui qui s’apprêtait à dire l’oubli et l’absence où il cherche ses mots. Mais un événement est venu tout changer et voilà que l’absence s’est invitée sur scène.

Zéro, un, trois, cinq est un huis clos pour une ou plusieurs voix. Des mots et des gestes pour dire et faire apparaître cet événement. Nous sommes là pour partager cette histoire, pour exprimer notre présence et expliquer notre absence. Nous devenons un pour l’écrire, et celui-ci se multiplie pour nous mouvoir. Nous sommes trois, plus ou moins, et nous distribuons les rôles. Ceux qui sont ici et ceux qui sont là-bas, ceux qui restent et ceux qui partent… « Une présence pour l’absence pour une présence. »

Seul sur un plateau nous tenterons le possible. Je ferai de mon mieux et j’y serai ensemble.

"Bertrand Schefer et Julien Raso impressionnent en jouant de leur fragilité, créant un espace poétique de belle unicité aérienne entre les mots, la voix et les corps."

Thomas Hahn - 31 mars 2016 - dansercanalhistorique

—  Chorégraphie Edmond Russo & Shlomi Tuizer |

Texte Bertrand Schefer

Interprétation Bertrand Schefer et Julien Raso

Un projet Concordan(s)e 2016
—  Durée : 30 min environ

© Delphine Micheli


Répondre à cet article