Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesDémocratie
LA LIBRAIRIE RESISTANCES VOUS FAIT PART D’UNE CONFERENCE-DEBAT CONSACREE
A LA GENTRIFICATION
Mardi 29 novembre 2016 . PARIS 19 e.
lundi 21 novembre 2016
publié par Marc Lacreuse

LA LIBRAIRIE RESISTANCES

VOUS FAIT PART

D’UNE CONFERENCE -DEBAT

Mardi 29 novembre 2016 à 19h

autour DU LIVRE " GENTRIFICATIONS "

----------------------------

Lieu : Paris 19e

Volumes coworking 78 rue Compans Métro Place-des-Fêtes ou Danube

Conférence-débat autour du livre « Gentrifications »

En partenariat avec Volumes et Civicwise

Conférence-débat et signature du livre par Max Rousseau, Hovig Ter Minassian et (si possible) Anaïs Collet.

Il y a du sens à présenter ce livre à Belleville, haut lieu de la recomposition urbaine actuelle et chez Volumes, espace de coworking impliqué dans l’urbanisme participatif. Les interventions critiques ne devraient pas manquer, issues d’un territoire où le tissu associatif et revendicatif est particulièrement développé !

Présentation :

Hipsters, bobos, yuppies, gentrifieurs... Les termes ne manquent pas pour qualifier les nouvelles populations qui s’approprient les quartiers centraux anciens de certaines métropoles au détriment des habitants populaires. Mais cette profusion empêche de comprendre le phénomène : comment dépasser les oppositions binaires entre gentrifieurs et gentrifiés ? Quels sont les moteurs, les logiques et les enjeux de la gentrification ? Est-elle vraiment inéluctable ?

Ancrée dans des contextes précis - historiques et géographiques, économiques et politiques -, elle s’incarne dans des bâtiments, des commerces, des groupes sociaux, des pratiques et des esthétiques propres aux lieux dans lesquels elle se déroule. Pour cette raison, elle est irréductible à une mécanique simple et identique d’une ville à l’autre, d’un quartier à l’autre. À travers l’exploration de la diversité des formes, des lieux et des acteurs de la gentrification dans une dizaine de villes européennes (parmi lesquelles Paris, Montreuil, Lyon, Grenoble, Roubaix, Barcelone, Lisbonne, Sheffield) cet ouvrage se propose donc de définir l’« ADN » de la gentrification : un rapport social d’appropriation de l’espace urbain, mettant aux prises des acteurs et des groupes inégalement dotés.

Auteurs présents :

Anais Collet est sociologue, maitre de conférences à l’Université de Strasbourg et membre du laboratoire SAGE (UMR 7363). Elle travaille sur la gentrification en petite couronne parisienne et à Lyon, sur les transformations des classes moyennes et la place des enfants dans les villes. Elle a notamment publié en 2015 Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction aux éditions La Découverte.

Max Rousseau est politiste, chargé de recherche au CIRAD et membre du laboratoire ART-Dev (UMR 5281). Il est actuellement détaché comme enseignant-chercheur à l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat (Maroc). Il a publié de nombreux articles sur la gentrification, la gouvernance urbaine et les politiques de développement territorial.

Hovig Ter Minassian est maitre de conférences en géographie à l’université de Tours, et membre du laboratoire de recherche CITERES (UMR 7324). Ses travaux portent sur la gentrification à Barcelone et les transformations socio-spatiales contemporaines des quartiers anciens. Il a notamment publié en 2013 Changer Barcelone. Politiques publiques et gentrification dans le centre ancien (Ciutat Vella) aux Presses Universitaires du Mirail.

Les autres auteurs :

Marie Chabrol est géographe, matre de conférences à l’Université de Picardie-Jules-Verne et membre du laboratoire Habiter le Monde (EA 4287). Ses recherches portent sur les transformations contemporaines des quartiers populaires et immigrés à Paris et Bruxelles, à travers l’étude des pratiques quotidiennes des habitants. Elle a publié plusieurs articles sur la dimension commerciale de la gentrification et sur le maintien de commerces immigrés et de populations vulnérables en contexte de gentrification.

Matthieu Giroud était géographe, matre de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Auteur d’une thèse intituléeRésister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint- Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne) (2007), il a écrit de nombreux articles consacrés aux transformations des quartiers populaires et codirigé plusieurs ouvrages, notamment Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain (avec C. Gintrac, Paris, Les Prairies ordinaires, 2014) et D’une métropole à l’autre. Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen (avec C. Imbert, H. Dubucs, F. Dureau, Paris, Armand Colin, 2014).

Lydie Launay est sociologue, matre de conférences à l’INU Champollion (Université Fédérale de Toulouse) et membre du laboratoire LISST (UMR 5193). Ses travaux portent sur la gentrification des quartiers anciens, et plus largement sur les processus de ségrégation sociale et ethnique à Paris et à Londres, à partir des politiques de mixité sociale par l’habitat et des rapports au territoire des populations. Elle a notamment écrit, avec Marie-Hélène Bacqué et al., l’ouvrage Middle Classes and the City, paru en 2015 chez Palgrave Macmillan.


Répondre à cet article