Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesVie associative
COMMUNIQUES DE LA FONDATION COPERNIC & DE LA LIGUE DES DROITS DE L’HOMME
FAIRE BARRAGE A MADAME LE PEN !
vendredi 5 mai 2017
publié par Marc Lacreuse

LES PRESENTS COMMUNIQUES SONT PUBLIES

A TITRE D’INFORMATION

-----------------

COMMUNIQUE DE LA FONDATION COPERNIC

& de la LIGUE DES DROITS DE L’HOMME

Faire barrage à Mme Le Pen !

---------------------------------

LA FONDATION COPERNIC

L’accès à l’Elysée de Mme Le Pen constituerait une grave menace. L’extrême droite a toujours et partout détruit les libertés publiques, les droits démocratiques et les droits sociaux. Aujourd’hui les pouvoirs exorbitants donnés au président de la République peuvent en être l’instrument. Comme son programme ne s’en cache pas, elle mènerait une politique de répression envers les immigré.es, ce qui libérerait encore plus les comportements xénophobes. Elle s’attaquerait à une partie de nos concitoyens traités aujourd’hui par elle de « Français de papier ». Elle mènerait une politique familiale qui menacerait les droits des femmes. Sa politique économique prétend que salariés et patrons, en tant que Français, auraient les mêmes intérêts alors qu’en réalité toutes les mesures qu’elle avance sont au bénéfice du patronat. Son admiration assumée de Trump et Poutine inquiète en matière de politique internationale. Quant à la politique de transformation écologique, c’est simple, elle n’existe pas.

Il faut donc faire barrage au Front National.

‎Mais les mêmes causes auront les mêmes effets. Les politiques néolibérales avivent la concurrence de tous contre tous dans et pour l’emploi, et pour les aides sociales réduites comme peau de chagrin. La casse des services publics et du droit du travail, la baisse des dépenses publiques développent le chacun pour soi, un sauve-qui-peut général qui accentue cette guerre des pauvres contre de plus pauvres qu’eux, ce dont se nourrit le FN. Or c’est cette politique même que M.Macron a mis en œuvre et entend continuer. Il amplifierait donc les politiques néolibérales et autoritaires conduisant inéluctablement aux conséquences calamiteuses observées ces dernières années. Une nouvelle montée du FN rendrait alors possible sa victoire en 2022, si du moins n’existe pas une alternative politique à gauche. Si Mr. Macron arrive à l’Elysée, il faudra donc, développer les mobilisations populaires pour mettre en échec son projet.

-----------------------

LA LIGUE DES DROITS DE L’HOMME

Face à l’extrême droite, pas d’équivoque

Le choix donné par le processus électoral au second tour de l’élection présidentielle ne répond pas aux attentes de beaucoup de citoyennes et de citoyens dont les craintes et les espoirs ne trouvent pas de réponses dans l’alternative offerte. Nul n’est en droit de jeter l’anathème sur celles et ceux qui disent refuser de s’inscrire dans une configuration électorale qu’ils vivent avec rage et amertume.

Mais cette tentation doit être repoussée avec force au vu de l’enjeu majeur de ce scrutin : vivre en démocratie.

Parce que la Ligue des droits de l’Homme a plus d’un siècle d’existence, elle sait d’expérience qu’il faut préserver, à toute force, ce qui permet une vie démocratique. Un équilibre délicat fait de libertés et de règles, d’Etat de droit et de droit à la critique, cette capacité à vivre la force de nos convictions dans le respect de l’Autre.

Aujourd’hui cet équilibre, notre liberté, notre liberté de penser, d’être ensemble, d’imaginer et de construire d’autres futurs, tout simplement d’aimer librement, sont mis en cause par la perspective d’une victoire de Marine Le Pen. Elle les détruirait

Son programme le dit, ses élus le font. Ils portent la haine et l’intolérance si naturellement qu’on en oublie les conséquences bien concrètes : associations expulsées de leurs locaux, médias vilipendés, fonctionnaires sommés de marcher au pas, justice menacée, syndicats sous la botte, les plus faibles piétinés… Avec, en rappel lancinant, cette volonté de faire de l’Autre un ennemi, l’étranger d’abord, puis celle ou celui qui porte une différence, ou qui a le tort simplement « d’être » du village d’à côté.

Rester indifférents ou sous-estimer ce risque serait une erreur, une faute, le glas de l’intelligence démocratique. Car pour que vivent nos combats, nous devons continuer à vivre.

C’est pourquoi la LDH renouvelle son appel à battre le plus largement possible l’extrême droite et à repousser la tentation de l’abstention ou du vote blanc.


Répondre à cet article