Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesDémocratie
L’éducation populaire en Ile de France.
Déclaration commune des MJC, des Centres sociaux et de la Ligue de l’enseignement.
samedi 11 janvier 2020
publié par Christian Maurel

Bonjour,

L’initiative prise conjointement par les Maisons des Jeunes et de la Culture, les Centres sociaux et la Ligue de l’Enseignement, en Ile de France, ne manque pas d’intérêt au moment où nous entrons dans la campagne électorale des prochaines municipales. Voir le document joint.

Pour ma part, je retiens la remise en cause des procédures de mise en concurrence dans le cadre des marchés publics qui mettent à mal le projet associatif d’éducation populaire des structures dont c’est historiquement l’objet, ainsi que cette volonté de permettre aux citoyens et aux associations d’être perçus et considérés comme de véritables coélaborateurs des politiques publiques.

On peut cependant regretter deux choses :

- que ce qui est avancé ne soit pas à la dimension des enjeux actuels qui, à mon sens, relèvent d’une éducation populaire repensée au service d’une transformation et d’une bifurcation radicales des rapports sociaux dans lesquels les citoyens sont appelés à s’engager. Pour le dire plus brièvement : dans une dimension nécessairement politique d’une éducation populaire qui ferait des citoyens, des habitants et de chacun d’entre nous, les acteurs d’un autre avenir dont nous sommes les seuls à pouvoir définir et construire les contours et les contenus.

- que les expériences actuelles de construction collective d’une véritable démocratie qui ne se réduise pas à de la simple participation, ne soient pas suffisamment prises en compte (voir les expériences de Saillans ou de Kingelsheim qui font école) et dans lesquelles l’éducation populaire politique s’impose comme une nécessité.

La réflexion est ouverte. Au moment où se développent partout dans le monde - et tout particulièrement en France - des mouvements sociaux d’une ampleur jamais égalée, l’éducation populaire doit profondément se repenser. Pourquoi ne pas envisager des rencontres sous des formes et en des lieux divers, qui poseraient à la fois les questions des missions réactualisées et des modes d’action d’une éducation populaire à la dimension de l’enjeu principal de notre temps : la sortie d’un capitalisme néolibéral qui comme le disent Pierre Dardot et Christian Laval (La nouvelle raison du monde. essai sur la société néolibérale) entend pour le profit d’une minorité, gouverner les Hommes selon ’’le principe universel de la concurrence" ?

Christian Maurel, sociologue de la culture et de l’éducation populaire politique, corédacteur du site.


Répondre à cet article
Documents joints à cet article :