Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesDémocratie
COMMUNIQUE DU MOUVEMENT POUR LA SIXIEME REPUBLIQUE
LE PEUPLE VEUT LA PAROLE !
mercredi 27 avril 2016
publié par Marc Lacreuse

COMMUNIQUE

DU MOUVEMENT POUR LA SIXIEME REPUBLIQUE

---------------------------------

Le peuple veut la parole ? Il ne l’aura que s’il l’a prend, pas s’il attend qu’on la lui donne. Mais les puissants ne l’entendent pas de cette oreille.

Le premier rendez-vous est connu : un jeudi 28 avril unitaire s’annonce. Une majorité du peuple approuve la mobilisation en cours pour le retrait total du projet de loi Travail, et ce, malgré le temps long destiné à essouffler la mobilisation populaire. Puis viendra le 1er mai. L’action populaire peut renverser la table. Le projet de loi arrivera en débat à l’Assemblée seulement le mardi 3 mai. Déjà la ministre reparle d’imposer son texte sans vote en usant de l’article 49-3 de la Constitution monarchique actuelle. Déjà Pierre Gattaz multiplie les chantages et pressions sur les députés. De l’Élysée au MEDEF, le moindre espace démocratique est toujours de trop.

Afin d’amplifier le mouvement social contre l’avant projet de loi Travail, sa 5ème République et son monde, mettons les bouchées doubles !Partout dans le pays le peuple gronde. Le gouvernement tente d’amadouer la jeunesse en lui lâchant des miettes. En vain. S’il est puissant, l’élan du 28 sera inarrêtable. Le projet de loi devra être retiré. La rivière peut sortir de son lit et balayer cette clique autoritaire et malfaisante. L’assemblée constituante et la 6e République peuvent être imposées par le peuple. Cela commence par occuper les rues. Que chacun s’occupe de son morceau de bitume le 28 avril et le 1er mai, et au delà, y compris en vue des élections de 2017. Le progrès social et la démocratie réelle passent par une Assemblée constituante : pour la 6e République, le combat continue !

28 avril, 1er mai : TOUT POUR AGIR !

« Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue ! »

Victor Hugo


Répondre à cet article