Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPsychiatrie et alentours
Dans la période de réouverture du Musée de l’Homme et... de la Femme : "Les peintures rupestres de la Serra da Capivara"
Par Pascale BINANT au séminaire de Lise Maurer. Groupe de Recherches et d’Etudes Cliniques
jeudi 5 novembre 2015
publié par Madeleine Abassade

Après six années de travaux Le Musée de l’Homme à Paris vient à nouveau d’ouvrir ses portes. Si la transformation sociale passe aussi par un questionnement sur l’usage des mots, pour les scientifiques et chercheurs à l’origine de ce projet de modernisation de ce lieu très populaire et pédagogique sur l’évolution de l’Humanité, femme ou homme c’est pareil (ou presque) : « Soyons honnêtes ... nous ne nous posions même pas la question de différencier l’homme de la femme dans la préhistoire... Nous parlions toujours de l’Homme préhistorique dans sa globalité, et donc en y incluant les deux sexes. » précisent les animateurs d’un site spécialisé sur la préhistoire : http://www.hominides.com/html/dossi....

L’apport principal de ces recherches avec la réouverture de ce musée, est l’affirmation définitive et scientifique que le concept de race qui a pour corollaire le racisme associé à la couleur de la peau, n’a aucun sens : le berceau de nos origines dites avant l’Histoire, quelque soit l’endroit de la planète où nous vivons, nous est commun.

- C’est de l’histoire de l’Humanité et de ses rapports avec ce que nous appelons "art" dont nous parlera Pascale BINANT. Elle est invitée au séminaire de la psychanalyste Lise Maurer [1] qui nous avait habitués à entendre des conférences sur l’Art Brut et leurs auteurs et plus généralement sur des artistes dont le parcours croise l’histoire de la psychiatrie, dont nous nous sommes déjà faits l’écho sur notre site. Mais Lise Maurer, nous rappelle par ailleurs que depuis l’ouverture de son séminaire en 2003, différents thèmes ont été abordés, ouvrant la réflexion à partir d’autres références que celles de l’Art Brut et de la psychiatrie. Nous "zigzaguons" dit-elle. Cette évocation du zigzag m’évoque ce qu’écrivait Marguerite Yourcenar : Ne jamais perdre de vue le graphique d’une vie humaine qui se compose de lignes sinueuses étirées à l’infini... [2]

- C’est au fondement du geste créatif, et jusqu’au Brésil, que Pascale BINANT nous convie à la suivre pour découvrir Les peintures rupestres de la Serra da Capivara, puis à discuter avec elle.

M.A

Après des études d’histoire de l’art à l’Ecole du Louvre, d’ethnologie et de préhistoire à l’Université de Paris X Nanterre, Pascale BINANT se consacre à la diffusion des sciences auprès du grand public. Au sein de la mission archéologique franco-brésilienne des premiers peuplements de l’Amérique du Sud du Ministère des Affaires Etrangères, elle est en charge de l’étude des peintures rupestres du site de la Serra da Capivara au Brésil

Auteure de nombreuses publications scientifiques destiné aussi au grand public, elle est aujourd’hui installée en Aquitaine où elle a créé et dirige les éditions Archéo-éditions, dédiées à l’archéologie.

- Pascale BINANTspécialisée notamment en Anthropologie des Techniques, des Espaces et des Territoires au Pliocène et Pléistocène auteure de nombreux essais, nous présente les dessins du site archéologique de Capivara au Brésil présente

« Les peintures rupestres de la Serra da Capivara »

Samedi 7 novembre 2015 à 14h à L’Institut Protestant de Théologie 83 Boulevard Arago 75014 Paris

Argument ci-joint avec biblio et film sur Itube !

[1] Groupe de Recherche et d’Etudes Cliniques

[2] In Mémoires d’Hadrien. Folio 1974. P 342.


Répondre à cet article
Documents joints à cet article :