Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesConstruction des savoirs
A PROPOS DE PIERRE BOURDIEU
POURQUOI LA SOCIOLOGIE EST-ELLE TOUJOURS UN SPORT DE COMBAT
L’ENGAGEMENT INTELLECTUEL
jeudi 5 novembre 2015
publié par Marc Lacreuse

A PROPOS DE PIERRE BOURDIEU

POURQUOI LA SOCIOLOGIE EST-ELLE TOUJOURS

UN SPORT DE COMBAT ?

L’ENGAGEMENT INTELLECTUEL , par Gérard MAUGER

Directeur de Recherches émérite au CNRS

------------------

" BOURDIEU, qui se méfiait des excès de confiance dans les du discours

était néanmoins convaincu que la connaissance sociologique peut produire

un effet libérateur et fournit des moyens d’agir sur la réalité sociale.

Tenter de dire la vérité sur le monde social implique, en effet, de rompre avec

les idées reçues qui disent que ce qui est doit être et ne peut pas être

autrement, de s’immiscer dans les luttes politiques et médiatiques qui ont

enjeu la vision légitime du monde social et de dévoiler les rapports de

domination dont l’efficacité repose pour beaucoup sur la méconnaissance.

C’est pourquoi, sans même le vouloir, la sociologie, qui heurte les intérêts

de ceux qui ne trouvent rien à redire au monde tel qu’il est, est une science

" qui dérange ". Tolérable dans la mesure où elle étudie des objets sans grande

importance, acceptée sinon encensée quand elle ménage et aménage l’ordre

établo, la sociologie, dès lors qu’elle dévoile des choses cachées ou refoulées à

propos de l’ordre social, se voit récuser sa prétention à être une science comme

les autres . C’est aussi pourquoi elle est particulièrement exposée aux pressions

externes ( matérielles et institutionnelles ), mais aussi à la concurrence interne

de ceux qui s’ajustent sans trop de réticences à la " demande sociale " et/ou

à la logique de l’audimat.

" L ’engagement sociologique " ne fait ainsi que tirer les conséquences du

travail sociologique : c’est ce que nous nous efforçons de faire dans le cadre

du collectif et de la revue SAVOIR/AGIR. Tel que le concevait Bourdieu, cet

engagement impose un double devoir de " réflexivité " et de " scientificité ".

Le devoir de réflexivité implique la critique de l’ethnocentrisme intellectuel

, de l’autorité intellectuelle comme arme politique et de la propension du

" campus radicalism ". Quant au devoir de scientificité, il implique le

renoncement à l’essayisme et au prophétisme de l’intellectuel " à l’ancienne " ,

présent sur tous les fronts de la pensée et ayant réponse à tout. D’où la

nécessité, pour pallier la division du travail scientifique et conjurer les facilités

de l’essayisme, de la construction d’un " intellectuel collectif " auquel Bourdieu

assignait des fonctions négatives ( critiques) et des fonctions positives ( constru

ctives ). Côté critique, il s’agit de travailler à produire et à disséminer des

instruments contre la domination symbolique. Côté constructif, il s’agit de

définit " l’utopisme rationnel, capable de jouer de la connaissance du probable

pour faire advenir le possible ", en sa gardant à la fois du volontarisme

irresponsable et du fatalisme scientiste. mais il faut aussi rechercher de

nouvelles formes d’action politique : parce qu" ’il n’y a pas de force

intrinsèque de l’idée vraie ", il s’agit de surmonter les multiples les multiples

obstacles à la diffusion d’une sociologue engagée. De ce point de vue, il s’agit

surtout de surmonter ce paradoxe qui veut que " la vérité scientifique a toutes

les chances d’atteindre ceux qui sont le moins disposés à l’accepter et très peu

de chances de parvenir à ceux qui auraient le plus intérêt à la recevoir ", ce qui

suppose de la part des chercheurs un changement de langage et d’état d’esprit.

Il s’agit, en somme, comme le dit Jacques Bouveresse, de " passer du statut

de sociologue pour sociologues à celui de sociologue pour tout le monde " .

( Paru dans l’Huma. du 5 novembre 2015 )


Répondre à cet article