Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPartis politiques
PARTIS POLITIQUES
PRIMAIRES : LES FRANCAIS NE SONT PAS FANS !
vendredi 30 septembre 2016
publié par Marc Lacreuse

PRIMAIRES : LES FRANCAIS NE SONT PAS FANS .

(Publié le 30 septembre 2016 Le Télégramme)

--------------------------------------

Les primaires ne sont pas perçues par les Français comme la réponse la plus évidente à la crise politique que traverse le pays. C’est l’un des enseignements majeurs de la vague 2016 de l’Observatoire de la démocratie (*).

1. Les primaires « ne renforcent pas la démocratie ».

Cette année, la droite, la gauche socialiste et les écologistes ont choisi d’organiser des primaires pour faire émerger leur « champion » pour la présidentielle de 2017.

Une erreur ? Si l’on en croit les conclusions de l’Observatoire de la démocratie, peut-être !

45 % des Français interrogés estiment en effet qu’« un candidat à la présidence de la République n’a pas à passer par des élections primaires et qu’il doit se présenter directement devant le peuple » (37 % sont d’un avis contraire et 18 % ne se prononcent pas).

Et seuls 34 % des sondés pensent que les élections primaires « renforcent la démocratie »

(46 % estimant que ce n’est pas le cas, tandis que 20 % n’expriment pas d’opinion sur la question).

2. Elles « favorisent les grands partis et les oppositions de personnalités ».

Cette opinion s’appuie sur deux critiques majeures.

En premier lieu, le constat que les primaires « encouragent surtout les oppositions de personnalités », partagé par 59 % des sondés, contre seulement 27 % qui pensent qu’elles « favorisent le débat d’idées au sein d’une famille politique ».

En second lieu, le sentiment, pour 68 % des personnes interrogées, que les élections primaires « favorisent les grands partis, seuls à avoir les moyens de les organiser et de les financer » (seuls 18 % des sondés sont d’un avis contraire, 14 % ne se prononçant pas).

3.Les citoyens ont d’autres priorités.

Lorsqu’on leur propose une liste de « solutions qui seraient utiles pour la démocratie », les Français placent en queue de peloton « la généralisation des primaires à toutes les élections, nationales ou locales »

(23 % pour, 56 % sont contre, 21 % ne se prononcent pas).

Très loin derrière les solutions les plus populaires, comme « imposer aux élus de ne détenir qu’un seul mandat à la fois » (78 % pour, 11 % contre, 11 % ne se prononcent pas)

ou « permettre aux citoyens d’imposer un référendum sur un texte de loi à partir d’une pétition ayant recueilli un nombre très important de signatures »

(75 % pour, 11 % contre, 11 % ne se prononcent pas).

4. Les partis politiques sont de moins en moins populaires.

Plus globalement, l’enquête confirme que les partis politiques jouissent aujourd’hui d’un crédit plus que limité.

Seuls 9 % des Français interrogés les considèrent comme « des acteurs à qui ils font confiance pour promouvoir la démocratie »,

très loin derrière l’école (30 %) ou les associations, ONG et fondations (26 %).

Et seuls 4 % des personnes interrogées disent envisager à l’avenir « de façon certaine de militer dans un parti politique », contre 48 % dont la réponse est catégorique : « non, certainement pas ».

----------------

(*) Sondage réalisé par ViaVoice pour la Fondation Jean Jaurès et La Revue Civique, en partenariat avec France Inter, LCP et la Presse régionale.

Interviews effectuées en ligne, du 5 au 9 septembre 2016, auprès d’un échantillon de 1.006 personnes, représentatif de la population de 18 ans et plus.

---------------

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/france/p...


Répondre à cet article