Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPratiques artistiques
Technique :
Agenda
Themes :
Pratiques artistiques
Message de Brut de Béton Production
QUAND MÊME PAS
" Elles écrivent. Elles doivent écrire. Elles doivent encore écrire. "
mercredi 19 juin 2013
publié par Madeleine Abassade

COUR DES TROIS COQUINS (rue Agrippa d’Aubigné) CLERMONT-FERRAND Tarifs : 13 € plein tarif, 8 € tarif réduit. Réservations : 06 08 46 69 44

- SAMEDI 22 JUIN à 16H LECTURE DE TEXTES DE SAMUEL BECKETT (durée 1h) à 20H SPECTACLE suivi d’un débat

- DIMANCHE 23 JUIN à 15H SPECTACLE suivi d’un débat

DE ET AVEC AXELLE PÉCHAIRE, BETTY BERLIER, CHANTAL LAMBERT, RENÉE DEFAY

COMPOSITION ET ENREGISTREMENT : FRÉDÉRIC LAIGLE

GRAPHES : MARC AVELINE

MISE EN SCÈNE : BRUNO BOUSSAGOL

ACCOMPAGNEMENT : MARTINE BONNEFOUX

ÉCOUTE : YVETTE DUBREUIL

- Quatre femmes sont assises en avant scène, chacune à une petite table.

« J’écris parce que je dois écrire. Point de détente ou point virgule. » Chantal Lambert

« Il est folle. Elle est fou, n’est-elle pas ? Va-t-en remonter de là ! » Renée Defay

« Dissonance de l’hallucinatoire, verbiage de l’autre en moi. » Axelle Péchaire

« Ai-je un cancer ? Car la psychose n’empêche pas le reste. » Betty Berlier

Elles écrivent, pensent, parlent, boivent du café.

« QUAND MÊME PAS est un spectacle sur l’écriture en train de se faire.

La scène théâtrale comme lieu de l’enfermement.

Ici, un lieu de l’enfermement de l’écriture.

Mais bien sûr aussi (et c’est toute l’ambivalence de l’enfermement) un lieu de la possibilité d’écrire. Écrire ensemble aussi, pour l’autre, pour soi. »

LE COLLECTIF PARCE QU’ON EST LÀ

« Où que nous soyons, notre collectif témoigne d’une présence. Serait-ce celle d’avoir vécu l’enfermement psychiatrique alors que bien souvent nous ne pouvons le comprendre pendant la phase aiguë du délire nécessitant un lieu qui nous contienne, voire des liens qui nous tiennent ? Puis nous marchons comme témoins de notre propre souffrance, pour aller vers un « mieux être » au bout d’un long chemin balisé de « parce qu’on est là », indicateurs existentiels d’être vivants, là, à ce moment du « voyage ». Est-ce une longue agonie ou une lente résurrection ? (…)

Le nom du collectif vient d’une réflexion tirée d’un film de Raymond Depardon mettant en présence une agricultrice et une randonneuse qu’elle croise sur un chemin. La randonneuse demande : « Mais pourquoi il nous filme ? » la paysanne répond « Et bien parce qu’on est là. » (…)

Chaque individu, chaque présence humaine sur la scène théâtrale est juste, a sa raison d’être par le regard des spectateurs. Mais aussi dans un premier temps par l’œil, l’oreille tendue du metteur en scène qui révèle l’ébauche de chacune. Finalement Bruno Boussagol nous a permis dés les débuts d’ « être » sur scène, d’autant plus que nous écrivons nos rôles. » Axelle Péchaire février 2013

Crédit photo Véronique Boutroux Mail : cokoller@bluewin.ch Téléphone : 06 08 23 60 20 Siège social : 25 rue Montlosier 63000 Clermont-Ferrand


Répondre à cet article