Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesPsychiatrie et alentours
PROJECTION et DEBAT
"Sainte Anne, hôpital psychiatrique" Qu’est -ce qui a, ou pas, changé aujourd’hui ?
L’association Advocacy invite à la projection du film suivie d’un débat
vendredi 9 octobre 2015
publié par Madeleine Abassade

Qu’est-ce qui a changé en psychiatrie depuis la projection de ce reportage en 2010 sur Arte et les sanctions des deux psychiatres ? Pourrait-être une des questions lors du débat proposé par Advocacy le 4 novembre.

Bonjour à toutes et à tous

Le mercredi 4 novembre à 19h30

Le centre d’animation Place fêtes au 2/4 rue des Lilas Paris 19ème

Métro : Place des Fêtes

Organise le ciné Citoyens, l’association Advocacy Paris IDF vous invite à la

projection

suivie d’un débat du film documentaire de Ilan Klipper.

« Sainte Anne, hôpital psychiatrique » durée : 1h30

Une immersion en cinéma direct dans les services fermés de l’hôpital Sainte-Anne à Paris - dans un monde à part où finalement chacun essaye de sauver sa peau : le patient, reclus et seul, face au personnel médical pris en tenaille entre des exigences de rendement et sa conscience professionnelle.

Advocacyment votre

Christelle Rosar

Advocacy Paris IDF

5 Place des fêtes 75019 Paris

Tél : 01 46 07 18 18 / avec rép

Mail : advocacy.paris@free.fr

+++++++++++

Post Scriptum :

Note ajoutée à la publication de l’annonce du film qui sera suivi d’un débat

"Sainte -Anne hôpital psychiatrique"

« Le 7 mai 2010, la chaîne documentaire Arte diffuse un reportage sur l’unité fermée du plus grand, du plus réputé, de l’un des mieux dotés des hôpitaux psychiatriques de France : l’hôpital Saint-Anne à Paris.

Le 13 janvier 2012, les Dr Gérard Massé et François Petitjean, chefs des services dans lesquels a été fait ce reportage (et qu’ils ont donc autorisé), sont condamnés par l’Ordre des Médecins, pour manquements à la déontologie à, respectivement, un an d’interdiction d’exercice dont neuf mois avec sursis, et trois mois d’interdiction d’exercice dont deux avec sursis. Motif : la mention du nom de certains patients, voire de leurs médicaments, traitements, le non-respect de leur dignité, la déconsidération de la profession, toutes choses interdites par la déontologie. » http://www.forumpsy.net/t435-sainte...


Répondre à cet article