Education populaire & Transformation sociale !
Offre Civile de Réflexion
Accueil du siteThèmesMouvements sociaux
un témoignage parmi des milliers d’autres ;
UN PETIT ROND-POINT EN SEINE ET MARNE LE 7 DECEMBRE AU MATIN ...
par Philippe TANCELIN
samedi 8 décembre 2018
publié par Marc Lacreuse

UN PETIT ROND-POINT

EN SEINE ET MARNE

UN MATIN DE DECEMBRE ...

**********************************

"Je suis parti faire un aller retour Paris-nangis Paris (petit carrefour)à l’entrée de cette petite ville de Seine et marne envahie d’habitats pavillonnaires, résultat de la gentrification.

Ils étaient six à 10h du matin dans le vent violent sous la pluie : deux hommes (sans dents la cinquantaine) et quatre femmes (deux d’une trentaine d’années) et les deux autres (de 55 et 75 ans) ils distribuaient leur tract sur la liste des revendications officielles des gilets jaunes (25 revendications allant du pouvoir d’achat à l’écologie et la santé) en haut du tract un poing levé.

Ils avaient un sourire d’enfants joueur disposant sur le parterre du rond-point petits gâteaux et sucettes qu’ils distribuaient aux automobilistes qui passaient sans les filtrer drastiquement. j

Je suis descendu de ma voiture et ils ont parlé, parlé de leur ras-le-bol, mais surtout de ce qui leur donnait la force d’être là sous les intempéries depuis 7h du matin avec une détermination heureuse. interrogés ils me dirent qu’ils tenaient cette force de leur solidarité, de la découverte d’une fraternité depuis quinze jours avec des voisins et des gens de la même ville et des petits villages environnants dont ils n’auraient jamais imaginé pouvoir les rencontrer, apprendre à les connaître et découvrir malgré les différences de situation, les seuils de précarités, une entente et plus encore un plaisir à se retrouver, à se répartir les tâches, de nuit , de jour....

Chaque jour passant disent-ils "est un plus dans notre volonté de tenir bon jusqu’au bout, jusqu’à gagner on ne sait pas encore quoi, mais avoir le sentiment que çà y est on nous reconnaît et on se reconnaît entre nous"....

’ Vous savez monsieur je ne sais pas ce que vous faites, ce que vous gagnez mais entre nous depuis quinze jours la vie n’a jamais été plus facile...on met en commun et on découvre qu’on vit mieux...on est riches de ce que là-haut ils ne connaissent pas...bien sur ici aussi dans les gens qui passent il y à quelques fois des sales cons...je veux dire celles et ceux qui nous regardent avec pitié, nous regardent même pas quand on leur donne le tract...mais cela ne nous démoralise pas parce qu’avec ce mouvement on redevient dignes"

J’ai passé une heure dans le froid avec eux et une fois encore j’ai été étonné, émerveillé de la langue incarnée qu’ils prononçaient une langue-pain pétri de la connaissance du quotidien de l’histoire...quand se réinvente une langue de réel partage des sensibles et que le corps tout entier en est traversé jusqu’à faire surgir cette voix inimitable du vrai dans le partage....tandis que la capitale se referme égoÏstement sur ses vitrines obscènes . "

Philippe Tancelin


Répondre à cet article