"Etre heureux d’apprendre..."
Printemps de l’Education à Salon-de-Provence.
mardi 23 décembre 2014

PRINTEMPS DE L’ÉDUCATION A SALON DE PROVENCE : "ÊTRE HEUREUX D’APPRENDRE", samedi 22 novembre 2014

Samedi 22 novembre 2014 a eu lieu une belle étape du Tour de France du Printemps de l’Éducation à Salon intitulée « Être heureux d’apprendre ». Nous avions le plaisir de recevoir de nombreux intervenants, tous motivés pour faire connaitre leurs initiatives autour de la joie d’apprendre. L’événement était organisé par l’Equitable Salonaise avec le soutien de Pays Salonais en Transition.

Autour de cette thématique du bonheur d’apprendre étaient conviés de nombreux intervenants qui incarnaient le changement avec des initiatives concrètes et proposaient une nouvelle vision de l’éducation scolaire et des apprentissages.

Les initiatives positives qui se passent au sein de l’Éducation Nationale ont été mises en avant ainsi qu’en témoigne Tiné Raynal, ancien professeur des collèges, avec son livre «  Du bonheur dans mon collège ». D’autres intervenants autour de la communication non violente et de la coopération à la paix nous ont raconté leur intervention dans les structures scolaires pour une communication pacifiée. Le soutien scolaire sous forme éthique et responsable a été développé par l’association ESPRE.

L’importance de la santé corporelle a également été abordée à travers des spécialistes de l’éducation kinesthésique, de la nutrition et de la relaxation. Nous avons pu vivre la relaxation en direct car l’intervenante Lydie Ladebese nous a proposé la relaxation du spaghetti dur (l’état de tension) et du spaghetti cuit (état de détente) et toute la salle a pu ainsi se détendre pour encore mieux profiter des interventions !

Les pédagogies dites alternatives ont été mises à l’honneur car les dernières recherches en neurosciences, corroborent ce que les pédagogues du siècle dernier comme Marie Montessori, Rudolph Steiner ou Célestin Freinet avaient observé des enfants et mis en place dans leur pédagogie. L’apprentissage qui se fait dans la joie et le plaisir se fait de façon beaucoup plus consolidé et durable que dans le stress. Le stress de la note, de la compétition amoindrit les capacités du cerveau à assimiler les connaissances.

Isabelle Peloux, directrice de l’école des Colibris aux Amanins et marraine de cette journée, nous a proposé un riche échange à la fois en conférence et en atelier avec les nombreux enseignants présents. Elle a pu expliquer sa pédagogie qui repose sur la coopération plutôt que la compétition et vise à apprendre aux enfants à travailler autrement tout en respectant le programme scolaire habituel. Elle s’inspire de la pédagogie Freinet, de l’approche d’Antoine de La Garanderie qui explore, décrit et étudie les gestes mentaux de la connaissance ainsi que le conflit socio-cognitif qui permet à l’enfant de prendre conscience du point de vue d’autrui et de reformuler le sien.

La volonté de regrouper les énergies, de créer des réseaux était très présente dans les esprits et les témoignages.

Ainsi que le signalait Christian Maurel, sociologue, cofondateur du collectif national "Éducation populaire et transformation sociale" et grand témoin de cette journée, le cadre démocratique est appelé à changer, il va amener le citoyen à s’exprimer, à délibérer et à arbitrer. Comment s’insérer dans la nouvelle société, à être force de proposition, à ne plus subir les transformations de société mais à en être réellement acteur ? Il ne faut plus se trouver en situation de dépendance. Nous sommes les produits de l’Histoire et en même temps nous sommes les seuls à faire l’Histoire. L’enjeu est la création d’une nouvelle figure de l’homme : "sois le changement que tu veux voir dans le monde" disait Gandhi. "Il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant" disait le poète espagnol Machado. Il faut être dans l’action.

L’après midi consacré aux ateliers a montré que tous les acteurs éducatifs ressentent le besoin d’un changement dans la pratique actuelle de l’Éducation Nationale. Les enseignants souhaitent retrouver leur pouvoir d’initiative sans être bloqués par les rouages complexes et impersonnels d’un système lorsqu’il faut par exemple organiser un projet de sortie. Pour cela, il faut que chacun prenne conscience qu’il a, à son niveau, la capacité de changer les choses et que c’est l’union de tous qui fera le changement. La nécessité de pouvoir se former à intervalles réguliers à de nouvelles approches pédagogiques, en communication bienveillante et autres techniques, a également été évoquée.

L’envie d’un vrai changement, de voir les choses différemment ressortait de tous ces échanges. Cela passe par une transformation de la vision de l’enfant. Pour réussir cette transformation, le changement est d’abord intérieur car la transformation est intérieure et propre à chacun. Enfin, la volonté de créer un réseau de pédagogies alternatives pour que cela devienne un réseau de possibilités visibles et ouvertes à tous a fortement émergé.

Le forum était complété par diverses stands autour de l’enfant et l’éducation comme Unicef, Récit, et Printemps de l’Éducation, un stand autour de l’éducation corporelle : kinésiologie et nutrition, et enfin un stand intitulé l’école idéale regroupant toutes les informations des intervenants. Une sélection de livres autour de l’éducation bienveillante était proposée par les libraires La Portée des Mots.

Intervenants et public sont ressortis inspirés de cette journée qui clôturait le tour de France 2014 du Printemps de l’Éducation.