Compagnie BLACK BLANC BEUR
LES FILLES DANSENT
MY TATI FREEZE
dimanche 6 décembre 2009

La danse hip hop n’est pas réservée aux garçons, vous le saviez déjà. La chorégraphe Christine Coudun de la compagnie BLACK BLANC BEUR le prouve avec 7 danseuses remarquables.

Ensemble, elles ont choisi de raconter, par la danse, les femmes dans l’entreprise : femmes de ménage, directrices, secrétaires...Ordinateur, téléphone portable, serpillère et i-pod. En tailleurs et survêtements, en chaussures à talons aiguilles et baskets, sur leurs pieds et sur la tête, elles dansent...

Quand Educ Pop rime avec Hip Hop...

Le 8 décembre 2009, à 20 h, la compagnie Black Blanc Beur présentera pendant plus d’une heure, en avant première, au théâtre de l’hôpital psychiatrique Marcel Rivière à La Verrière, son nouveau spectacle : "My Tati Freeze"....

La compagnie de danse Black Blanc Beur est la plus ancienne compagnie de danse Hip Hop de France, sa renommée est internationale.

Si la compagnie est bien née à Trappes, commune de Saint Quentin en Yvelines, au début des années 1980 avec son fondateur Jean Djemad, sa chorégraphe Christine Coudun est née à La Verrière. Autre commune de ce territoire où se côtoient ouvriers, cadres moyens et chefs d’entreprises. Terre d’immigration, de traditions populaires, de sports, d’art et de cultures.

Si la danse HIP HOP est bien née dans la rue, et son histoire s’inspire de la prison, ici, c’est à l’hôpital psychiatrique que la compagnie Black Blanc Beur n’en finit pas de créer, avant de repartir sur les routes du monde.

En résidence depuis bientôt 20 ans au théâtre de l’Institut National Marcel Rivière hôpital psychiatrique de La MGEN à La Verrière, Black Blanc Beur continue d’être nomade, là et ailleurs, elle n’arrête jamais de créer, là où des lieux publics qui se consacrent aux arts vivants ont bien compris que c’est une chance d’ accueillir La Compagnie.

Black Blanc Beur relève toujours les défis des "battles".

Sa chorégraphe Christine Coudun reste battante, malgré la fatigue et le temps passé. Face à la frilosité, son expérience tenace s’use parfois de ne pas toujours savoir où poser ses baskets pour créer.... Elle ne dirige pas les danseurs au sens étroit du terme, elle les accompagne, donne du sens à leur danse, apporte des textes, choisit les musiques, filme et encourage à la mise en commun des savoirs.

Les filles, les femmes, elle a décidé de s’y consacrer, avec les meilleures danseuses qu’on puisse imaginer, sans renoncer aux hommes qui dansent. Femmes et mixité.... Parmi tous leurs spectacles, ils ont inscrit au répertoire leur Si je t’aime... .

MY TATI FREEZE , en 2009 c’est un drôle de titre qui va bien à l’hôpital psychiatrique et ailleurs. Des titres pour nommer leurs "ballets", la compagnie en a plein la tête, qui fourmillent autant que leurs idées.

UN PAS DANS LA TETE et l’histoire d’un suicide  : Quand en 2005, après 4 ans d’un travail d’atelier régulier dans une unité psychiatrique pour adolescents, le danseur Iffra Dia danseur pionnier de la compagnie et la chorégraphe sont confrontés à l’information du suicide d’une jeune fille, ils acceptent de rebondir par la danse, de ne pas baisser la garde. Ils créent alors ensemble le solo "Un pas dans la tête" où tout est dit avec les gestes du HIP HOP : continuer à se battre, résister, rester debout ensemble et jusque sur la tête...Dès la naissance, tout au long de la vie chante fort "This is a Man"...

En novembre 2009, Black Blanc Beur a relevé le défi d’initier à son art, avec la danseuse Alfreda Nabo, toutes les personnes désireuses de tenter l’aventure à l’hôpital psychiatrique au cours d’un atelier de danse ouvert à tous, malades et bien portants, quelque soit l’âge.

Le 8 décembre 2009, à 20 h la compagnie présentera pendant plus d’une heure, en avant première, au théâtre de l’hôpital Marcel Rivière de la MGEN, son nouveau spectacle : My Tati Freeze.... Info du théâtre : 01 39 38 77 09